En ce début d’année 2014, pour obtenir des taux de crédit immobilier inférieurs à 3%, mieux vaut être en couple, avoir plus de 30 ans et ne pas être propriétaire de son logement. Car les banques proposent actuellement des offres dédiées aux primo-accédants à en croire le premier baromètre des « chouchous des banques » proposé par le courtier VousFinancer.

Un couple de 45 ans, avec 2 enfants, de catégorie socio-professionnelle supérieure, qui achète pour la première fois, à Grenoble. Voici le profil d’emprunteurs ayant obtenu le taux le plus avantageux sur 20 ans, 2,75%, auprès du courtier en crédit VousFinancer lors du 1er trimestre 2014. Leur achat ? Une résidence principale de 360.000 euros (30% d’apport personnel).

Ce courtier a inauguré ce jeudi son baromètre trimestriel des « chouchous des banques ». A la différence des études diffusées régulièrement par ses concurrents ACE, Cafpi, Empruntis ou Meilleurtaux, le baromètre VousFinancer ne propose pas de statistiques globales mais uniquement une liste de cas concrets : les meilleurs taux obtenus sur 20 ans dans une sélection de grandes villes. Ce baromètre offre donc un panorama des profils favorisés actuellement par les banquiers.

Des couples de trentenaires primo-accédants

Résultat ? Des taux de crédit de 2,75% à 3,05% dans 14 villes différentes. Les emprunteurs ayant obtenu ces taux avantageux partagent, très majoritairement, plusieurs points communs : ils empruntent en couple, ont plus de 30 ans et, surtout, font partie des primo-accédants. Ainsi, un couple de primo-accédants de 30 ans disposant au total de 3.500 euros de revenus, avec un relativement faible apport (21.000 euros), est parvenu à obtenir un taux sur 20 ans de 2,92% pour une résidence principale de 210.000 euros à Nantes.

Les banques ont-elles donc adopté une politique favorisant les emprunteurs n’étant pas déjà propriétaires de leur logement ? Les statistiques récentes indiquent pourtant que cette population a tendance à être exclue du marché immobilier.

Lire : Crédit immobilier : les emprunteurs de plus en plus âgés et aisés en 2013

Sandrine Allonier, responsable des relations banques de VousFinancer.com, rappelle toutefois que « le crédit immobilier est le principal vecteur de conquête des banques ». Les primo-accédants, plus rares sur le marché de par la morosité de la conjoncture économique, deviennent un enjeu encore plus important pour les établissements financiers cherchant à renouveler leur clientèle. « [Les banques] ciblent ainsi particulièrement les jeunes couples en début de vie professionnelle qui, dans un avenir proche, vont surement évoluer, faire des travaux ou acheter une seconde voiture, ouvrir des livrets d’épargne pour leurs enfants, souscrire des assurances-vie, etc. », explique Sandrine Allonier.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Des enveloppes de 20.000 euros à moins de 2%

« Plusieurs de nos partenaires bancaires accordent des réductions de taux exceptionnelles aux primo-accédants de moins de 35 ans qui peuvent ainsi obtenir des conditions aussi avantageuses que des secundo-accédants de 45 ans ! », confirme Jérôme Robin, président fondateur de VousFinancer. « Certaines banques proposent même des enveloppes de 10.000 euros ou 20.000 euros de prêt à des taux compris entre 0% et 2% qui sont de véritables coups de pouce pour les jeunes emprunteurs. »

Ce courtier en crédit livre cependant dans son communiqué quelques bémols à sa théorie optimiste pour les primo-accédants. La plupart des banques demandent ainsi des revenus réguliers et stables, une bonne gestion des comptes courants, sans découvert ni crédit en cours, ainsi qu’un minimum de 10% d’apport personnel pour financer les frais de dossier, de notaire, etc. Et les banques ne prêtent quasiment jamais sur plus de 25 ans, tout en évitant de dépasser un endettement supérieur à 33%.