Quand il s'agit d'investissement immobilier, gros rendement ne rime pas forcément avec bon plan. C'est en tout cas le résultat d'une étude menée par l'entreprise Bevouac, spécialiste de l'investissement locatif.

Vous souhaitez vous lancer dans l'investissement locatif ? Avant d'acheter un bien, certains points doivent entrer en ligne de compte. Pour s'assurer un revenu tous les mois grâce à l'immobilier, il est par exemple intéressant de miser sur une ville ou le rendement brut semble pourtant moins intéressant qu'ailleurs. C'est en tout cas le résultat d'une étude menée par Bevouac, spécialiste de l'investissement locatif « clé en main » dans l'ancien.

Ainsi, les cinq villes où le rendement brut est le plus important (Pau, Béziers, Mulhouse, Perpignan et Avignon) sont aussi celles où le taux de vacance est le plus élevé. À Mulhouse par exemple, si le rendement locatif brut moyen était de 10,40% en 2018, cela s'accompagne d'un taux de vacance de 15,90%. Or, un logement vacant est un réel problème pour l'investisseur qui pourrait avoir des conséquences sur un éventuel remboursement de crédit. « Un rendement élevé est souvent la contrepartie d'un risque accru », note donc l'étude.

Rentabilité plus que rendement brut

D'autant plus qu'à l'inverse, Cannes, Ajaccio, Mérignac, Pessac et Créteil, les cinq villes avec le taux de vacance le plus faible, sont également celles avec le rendement brut le moins élevé (entre 2,79% et 5,90%).

Bevouac invite donc les investisseurs potentiels à s'intéresser non seulement au rendement brut mais également à la rentabilité, « qui inclut la plus-value escomptée à la revente du bien. Par exemple, le rendement à Mérignac n'est que de 3,36%, mais la vacance est faible (3,53%) et les prix ont grimpé de 55,5% sur la dernière décennie. Un investissement à Mérignac en 2013 aurait donc dégagé un rendement faible, mais une excellente rentabilité finale », calcule encore l'étude.

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

Pour l'investissement locatif, mieux vaut donc faire attention au lieu, et surtout s'armer de patience.

Premier achat immobilier : investissement locatif ou résidence principale ?