La facture d'énergie ne cesse de s'alourdir pour les consommateurs. De quoi s'interroger sur l'utilité des tarifs réglementés.

C’est la douche froide pour les abonnés aux tarifs réglementés du gaz, soit près de 3 millions de ménages. Depuis mercredi, ils ont encore augmenté de 8,7% après un bond de 5,3% et de 9,9% en juillet. Depuis un an, ces tarifs ont flambé de 48% selon les calculs du Médiateur national de l’énergie, interrogé par Le Parisien. Résultat, la facture annuelle atteint 1 100 euros environ pour une famille de 4 personnes dont deux enfants ayant un logement d’environ 120 m2 tout au gaz (cuisson, chauffage…) avec une consommation d’environ 16 000 kWh. C’est une hausse de 350 euros sur 12 mois !

Selon le Médiateur, la note pour un consommateur se chauffant au gaz a flambé de 55% depuis 2008. C’est même plus pour les tarifs régulés de l’électricité : +60%. Or, ces tarifs régulés avaient été pourtant mis en place pour protéger les consommateurs des fluctuations du marché en raison de l’ouverture à la concurrence pour les particuliers imposée par l’Union européenne. Depuis, ces derniers ont le choix entre les tarifs régulés par le gouvernement après proposition de la Commission de régulation de l’énergie, le gendarme du secteur en France, et les tarifs de marché proposés par des dizaines d’opérateurs alternatifs.

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

Un retour au monopole d'EDF ?

Une décision dénoncée par l’association de consommateurs CLCV. « Ça a été imposé par l’Europe sans tenir compte des spécificités des pays. Or, en France, avec une production d’électricité aux trois quarts assurée par le nucléaire, cela n’avait aucun sens. Au mieux, ça n’a servi à rien, puisque la concurrence est factice dans l’électricité, tous les opérateurs dépendant grosso modo de la production d’EDF », explique François Carlier, son délégué général au Parisien. C’est pourquoi il a récemment réclamé la fin de la libéralisation du marché et de la concurrence entre fournisseurs avec à la clef un retour au monopole de distribution d'EDF. « On augmente les tarifs réglementés pour faire vivre une concurrence qui n'existe pas », dénonçait-il récemment dans un entretien à MoneyVox.

Ces derniers, qui ont encore augmenté cet été, risquent de bondir de 6% en début d’année. Une très mauvaise nouvelle pour les 23 millions de ménages qui sont toujours au tarifs réglementés d’EDF. La solution pour profiter de tarifs moins élevés est de regarder du côté des opérateurs alternatifs avec des rabais de 15% dans le gaz par exemple selon le Médiateur. En revanche, du côté de l’électricité, l’économie possible est moindre.

Réduisez votre facture d'énergie