A compter du 1er février, le calcul du taux maximum auquel vous pouvez emprunter à une banque va être réactualisé tous les mois. Le but : permettre à certains emprunteurs d'obtenir plus facilement un crédit. Revers de la médaille : les taux immobiliers pourraient grimper encore plus rapidement qu'aujourd'hui.

Pour de nombreux emprunteurs, c'est un soulagement après des semaines, voire des mois, à s'arracher les cheveux en tentant de décrocher un crédit immobilier. Car le taux d'usure, niveau au-dessus duquel une banque ne peut pas prêter, sera revu tous les mois dès le 1er février et jusqu'au 1er juillet prochain.

Jusqu'ici, ce taux « tout compris » d'un crédit immobilier qui englobe le taux d'intérêt, l'assurance emprunteur et différents frais bancaires, n'était modifié qu'une fois par trimestre. Actuellement fixé à 3,57% depuis le 1er janvier pour les prêts de 20 ans et plus (3,53% pour un emprunt entre 10 et 20 ans), il sera donc révisé tous les mois, afin de « maintenir l'objectif de protection des emprunteurs qu'a le taux d'usure, tout en évitant une situation où il deviendrait un facteur de rationnement de l'offre de crédit », explique le ministère de l'Économie.

Des octrois plus faciles, mais à des taux plus hauts

« Cette mesure est de nature à fluidifier un marché du crédit devenu gravement dysfonctionnel, félicite le courtier Cafpi dans un communiqué. Depuis le mois de juin 2022, en effet, les retards d'ajustement du taux d'usure avaient contraint de nombreuses banques à limiter drastiquement leur production de crédit immobilier, comme en témoigne la baisse de 43% annoncée par Crédit Logement pour le 4ème trimestre 2022. »

Face à l'impossibilité de relever suffisamment leurs taux alors que les OAT à 10 ans (l'indicateur des taux d'emprunt de l'Etat français, qui fait figure d'indice de référence pour les évolutions du marché du crédit en France, NDLR) continuaient d'augmenter, de nombreux établissements bancaires avaient en effet décidé de se mettre en retrait du crédit immobilier. Mais alors, à quoi peut-on désormais s'attendre ? « Les banques vont pourvoir tarifer le crédit à son juste prix, et donc recommencer à prêter ou prêter plus. Mieux vaut un crédit un peu plus cher mais un crédit », assure Cécile Roquelaure, porte-parole du courtier Empruntis.

« Cette mensualisation du taux d'usure risque de contribuer à l'accélération de la remontée des taux de crédit qui pourraient atteindre 4% sur 20 ans dès cet été », confirme Julie Bachet, directrice générale de Vousfinancer, tout en estimant qu'emprunter « à 4% avec une inflation à 6% reste une bonne opération, davantage que de ne pas pouvoir obtenir un crédit et renoncer à son projet immobilier. »

Crédit immobilier : découvrez les taux les plus bas pour votre projet

« Le plus gros des hausses est derrière nous »

Alors que le taux moyen d'un crédit sur 20 ans est déjà passé de 1% en février 2022 à 2,63% en janvier 2023, « le plus gros des hausses est derrière nous, veut de son côté croire Maël Bernier, porte-parole du courtier Meilleurtaux. L'OAT 10 ans est repassé durablement sous les 3% (2,48% au 18 janvier NDLR) donc des taux de crédit à 4%, ça me paraît beaucoup. Je pense que le pic sera vers 3,5% au mois de juin. Les banques vont préférer ne pas augmenter plus que de raison pour refaire du crédit immobilier un produit d'appel. »

Mais si le relèvement du taux d'usure va permettre aux banques de réouvrir le robinet du crédit immobilier, les emprunteurs espèrent que les prix de l'immobilier baissent dans les prochains mois. Car « pour compenser 1% de hausse des taux des crédits sur le pouvoir d'achat immobilier des ménages, il faut une baisse d'environ 7% à 8% des prix des biens », explique Guy Poyen, le directeur marketing du Crédit agricole Ile-de-France, dans un article publié par Le Monde.

Mais alors que les taux de crédit ont plus que doublé en un an, la baisse des prix est moindre : une étude du Crédit Agricole portant sur le crédit immobilier estimait que les prix dans l'ancien pourraient baisser de 4,8% en moyenne en 2022 et de 2% en 2023. Une chose est certaine, « l'envie d'acheter est toujours très forte chez les Français », assure Maël Bernier. La réforme du taux d'usure devrait donc permettre à une majorité de concrétiser ce projet.

Trouvez le meilleur taux pour votre projet immobilier