Dans une alerte au public, la Banque de France annonce que des malfaiteurs usurpent son nom et son numéro de téléphone pour abuser leurs victimes, dans le cadre d'une fraude aux « faux courtiers ».

Quel est le mode opératoire ? Les fraudeurs commencent par démarcher leur victime en se faisant passer pour des courtiers spécialisés dans le crédit à la consommation. Pour crédibiliser leur démarche, ils font intervenir un faux agent de la Banque de France. Celui-ci appelle à son tour, usurpant le nom et le numéro de téléphone de l'institution monétaire, et confirmer à la victime qu'elle peut faire confiance au faux courtier. Objectif : dérober de l'argent et/ou des données personnelles.

Qui se cache derrière les arnaques aux crédits sur internet ?

Soyez vigilants : ces fraudes, dites « aux faux courtiers », se multiplient, alerte la Banque de France : « Le fait qu'une personne, se présentant comme un agent de la Banque de France, intervienne dans une telle opération de démarchage commercial doit constituer une alerte pour le consommateur : il s'agit d'une arnaque ».

Comment réagir si vous avez été victime ?

La première chose à faire est évidemment de cesser de verser de l'argent et de répondre aux sollicitations de l'escroc.

Dans un second temps, « recensez tous les échanges que vous avez eus avec l'escroc (mails, captures d'écran, « contrat », coordonnées...) », conseille la Banque de France. Et contactez votre banque pour tenter de faire un rappel des paiements envoyés.

Enfin, si vous avez subi un préjudice, déposez une plainte auprès de la gendarmerie ou de la police.

Dans tous les cas, même en l'absence de préjudice, effectuez un signalement sur le site du ministère de l'Intérieur internet-signalement.gouv.fr.

Crédit : 4 indices pour démasquer une arnaque au prêt

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Des conseils à appliquer systématiquement

Pour éviter de se retrouver piégé par les modes opératoires de plus en plus sophistiqués des escrocs, il y a quelques conseils à appliquer systématiquement. Deux en particulier :

  • évitez au maximum de communiquer des informations personnelles, en particulier sur les réseaux sociaux : date et lieu de naissance, numéro de téléphone, adresses mail ou du domicile, identifiant du compte bancaire, etc. Ces informations sont utilisées par les fraudeurs directement ou indirectement, pour rendre leurs approches plus crédibles ;
  • ne donnez jamais suite sur le champ à une sollicitation non sollicitée de votre banque, d'un organisme public (Banque de France, impôts, CAF, etc.) ou privé (sociétés de livraison, etc.). Ne vous connectez jamais à un service en ligne en cliquant depuis un lien envoyé par SMS ou par courriel. Si vous êtes contacté par téléphone, ne donnez aucune information, surtout pas un code reçu par SMS. Raccrochez et rappelez votre banque ou l'organisme avec le numéro que vous utilisez habituellement.

Compte bancaire : 6 conseils pour éviter le piratage et les arnaques