Dernière démarque avant la fin des soldes ! Les taux de crédit immobilier remontent, certes timidement, loin de l'envolée de l'inflation mais ils remontent bel et bien en 2022. Certains emprunteurs en profitent pour renégocier leur crédit avant que les taux soient moins avantageux.

Économisez jusqu'à 70% sur votre assurance emprunteur

Rien à voir avec le début 2017 : ça ne se bouscule pas pour renégocier dans les banques dans les mêmes proportions qu'il y a 5 ans. Plus de 60% des dossiers d'emprunt étaient alors soit des rachats de crédit par la concurrence, soit des avenants signés par les emprunteurs pour baisser leur taux tout en restant fidèle à leur banque.

En ce début d'année 2022, la hausse des renégociations de crédit constatée par la Banque de France est plus timide. Mais réelle, et durable : en septembre 2020, seuls 13% des dossiers d'emprunt concernaient des rachats ou renégociations de prêts immobiliers. Probablement car le flux a été tel les années précédentes que le nombre d'emprunteurs n'ayant pas encore renégocié s'est tari. Depuis, la part des renégociations dans les nouveaux crédits recensés chaque mois par la Banque de France grimpe doucement mais sûrement : 17% en juin 2021, plus de 19% en octobre 2021, et désormais plus de 21% en janvier et février 2022 selon les chiffres dévoilés ce vendredi 1er avril par la Banque de France.

Crédit immobilier : faut-il se dépêcher de le renégocier ?

Dans sa publication mensuelle, la Banque de France mesure aussi un taux de crédit moyen, toutes durées confondues : il remonte à 1,15% en mars, et ce de façon constatante depuis décembre, quand il a atteint un plus bas à 1,10%, une marque probablement destinée à être un record durable. Ce taux moyen communiqué par la Banque de France porte sur les crédits immobiliers effectivement accordés par les banques, ce qui explique que les mouvements constatés par l'institution monétaire aient un temps de retard sur les évolutions annoncées par les courtiers.

TROUVEZ LE MEILLEUR TAUX IMMO