Plus simple, plus lisible, la location avec option d’achat (LOA) fait de l'ombre au crédit affecté classique et s'affirme comme le premier mode de financement des automobiles neuves. Certains acteurs du marché vont encore plus loin dans la souplesse en proposant un accès à la voiture individuelle… sur abonnement, résiliable à tout moment !

Posséder sa propre voiture : c’est un rêve pour certains, un acquis auquel il n’est pas question de renoncer pour d’autres ! Pourtant, posséder sa propre voiture, ce n’est pas toujours une sinécure. Il faut trouver le véhicule de ses rêves, en concession ou dans les petites annonces ; trouver le moyen de le financer ; le déclarer en préfecture ; l’assurer ; en assurer l’entretien ; puis, quand on décide d’en changer, trouver un repreneur, en espérant pouvoir la revendre à bon prix… Ou alors, on peut décider de la louer pour s’épargner ces soucis.

A consulter : les meilleures offres de crédits auto en ligne

C’est en effet une petite révolution dans le secteur de l’automobile. Au cours des dernières années, la location avec option d’achat (LOA) a fait une impressionnante percée en France. Plus confidentielle, la location longue durée (LLD) (parfois désignée sur le terme anglophone de leasing) progresse également. A elles deux, ces nouvelles manières d’accéder à l’automobile pèse environ 70% du marché du financement des voitures neuves, et s’implantent désormais dans l’occasion.

Avantages par rapport à l’achat, comptant ou à crédit, la location - quand la formule choisie intègre l’entretien du véhicule, voire son assurance - permet d’avoir une meilleure visibilité sur son budget automobile et de changer facilement de véhicule au bout de 2, 3, 4 ou 5 ans, selon les formules.

Pas de frais de résiliation

On peut pourtant faire encore plus simple que le leasing. La nouvelle frontière du financement automobile, c’est en effet l’abonnement. Et oui, s’abonner pour accéder à une voiture, comme on s’abonne à la fibre ou à Canal +.

« Votre abonnement auto », c’est ainsi l’accroche de Sixt+, le nouveau service lancé le 13 octobre dernier en France par le loueur d’origine allemande Sixt. Soit une offre de location, payable au mois et, surtout sans engagement et résiliable gratuitement. « Avec le leasing, les frais de résiliation sont souvent prohibitifs, car la décote de la valeur d’un véhicule est très rapide : on estime qu’une voiture perd presque 25% de sa valeur dans les 6 premier mois », détaille Jean-Philippe Doyen, président de Sixt France. « Pour que le coût devienne raisonnable, il faut donc être sûr de vouloir garder le véhicule pendant plusieurs années. » Le constructeur automobile Seat estime ainsi à 800 euros en moyenne les frais de résiliation à payer pour un client engagé sur 37 mois et qui souhaite résilier au bout de 13 mois.

La liberté de changer quand on veut

A l’inverse, Sixt+ s’adresse à celle et ceux qui veulent avoir la liberté de changer de véhicule à tout moment, en fonction de leurs besoins ou de leurs envies. Ils sont nombreux, estime Jean-Philippe Doyen : « Il y aura toujours des gens qui voudront posséder leur propre véhicule. Mais pour beaucoup, notamment parmi les citadins, cela présente plus de contraintes que d’avantages. »

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Les cas d’usages vont ainsi de conducteurs ayant besoin d’une voiture pour quelques mois, pour une mission professionnelle par exemple, à d’autres qui souhaitent changer de voiture plusieurs fois dans l’année : une citadine l’hiver pour aller au travail, par exemple, et un van l’été, pour partir en vacances en famille ou entre amis. L’abonnement permet aussi de tester un modèle de voiture avant de l’acheter : vous n’êtes pas sûrs que le 100% électrique est fait pour vous ? Faites un test pendant quelques mois !

Une vraie alternative à l’achat ?

L’abonnement peut-il constituer une vraie alternative à l’achat ou à la LOA ? Pourquoi pas. Jean-Philippe Doyen pense que la formule pourrait intéresser, dans la durée, des clients souhaitant « conduire en permanence une voiture neuve, à la pointe de la technologie, sans avoir à en assumer l’entretien et la revente ».

Encore faut-il en avoir les moyens. Sixt+, en effet, n’est pas donné : comptez 199 euros pour accéder au service, et 49 euros à chaque changement de véhicule. Quant à l’abonnement mensuel, son prix varie de 359 euros par mois pour une petite citadine (du type Fiat 500) à 749 euros pour un SUV 7 places. Des mensualités très supérieures à celles proposées en LLD pour des véhicules équivalents, même s’il faut comparer ce qui est comparable : l’abonnement intègre en effet la décote du véhicule, les taxes d’immatriculation, l’entretien et la réparation…

A ce prix, les usagers permanents de Sixt+ devraient rester l’exception. La formule pourrait, en revanche, convaincre certains ménages qui utilisent leur véhicule de manière saisonnière de franchir le pas et de s’en débarrasser. « Nous manquons encore de recul parce que l’offre est très récente. Mais nous estimons que la durée moyenne de location se situera autour de 3 ou 4 mois », annonce d’ailleurs le patron de Sixt France.

Du sans engagement, aussi, chez Seat

Sixt n’est pas le seul, ni le premier d’ailleurs, à proposer des véhicules sur abonnement. C’est le cas aussi de Seat. Le constructeur automobile espagnol, propriété de Volkswagen, a lancé en avril 2019 une offre de location longue durée un peu particulière : elle est sans apport et sans frais de résiliation.

Proposée à l’origine pour un seul modèle, rapidement élargie à d’autres véhicules de la gamme, notamment des SUV, la formule semble avoir rencontré le succès. En juin dernier, soit une grosse année après le lancement, Seat évoquait dans un communiqué « 3 000 dossiers de financement (…) reçus par Volkswagen Financial Services », la banque du groupe automobile, dont une moitié de nouveau clients. Aucun autre constructeur, pourtant, n’a encore imité Seat en France.