En septembre 2019, les emprunteurs avec les meilleurs dossiers pouvaient assez facilement obtenir un taux de 1%, ou moins, sur 20 ans. Un an plus tard, ce n’est plus le cas, a expliqué Meilleurtaux à l’occasion de sa conférence de rentrée.

Le seuil, symbolique, avait été passé au 1er semestre 2019 : gagnées par l’ivresse des taux bas, les banques n’hésitaient plus alors à accorder des prêts immobiliers sur 20 ans à 1%, voire moins. Un privilège réservé bien sûr aux emprunteurs aux meilleurs profils - disposant de bons revenus, d’un bon apport, d’une bonne épargne -, mais qui n’avait plus rien d’exceptionnel. À la rentrée 2019, un barème bancaire sur quatre descendait ainsi jusqu’à 0,90% pour les très bons dossiers, a rappelé ce mardi matin le courtier spécialisé Meilleurtaux, à l’occasion de sa conférence de rentrée.

La parenthèse enchantée semble s’être refermée. Actuellement, « il n’y a plus aucun barème en dessous de 1,10% sur 20 ans, y compris pour les meilleurs dossiers », a tranché Maël Bernier, la directrice de la communication de Meilleurtaux. Ce qui ne veut pas dire que l’ère des taux bas est révolue : à 1,14% sur 15 ans, 1,35% sur 20 ans et 1,65% sur 25 ans, les taux moyens restent, selon le courtier, proche des records de 2019. Maël Bernier note même le retour de décotes exceptionnelles : « Les excellents profils, avec beaucoup d’épargne, peuvent encore négocier en dessous de 1%. »

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Finalement, la crise du coronavirus, dans l’immédiat, n’a pas changé la donne. Ni en matière de taux, ni en matière d’activité. Hors des deux mois de confinement, la demande de financement reste soutenue, malgré un léger repli par rapport à l’exceptionnelle année 2019, note Meilleurtaux. Le courtier, toutefois, pointe des inconnues pour la suite. Quel sera l’impact de la crise économique à venir ? Comment le marché réagira-t-il face à la reprise de l’épidémie ? Quelle sera l’attitude des pouvoirs publics vis-à-vis des banques ? Affaire à suivre…

A consulter : notre baromètre des taux immobiliers