Le crédit conso continue à faire recette. En avril 2019, selon la Banque de France, l’encours total des prêts des particuliers français a progressé de 6,1% par rapport à ce qu’il était il y a un an.

C’est mieux qu’en mars (+5,8%), et cela met un terme à un léger tassement de cet indicateur constaté ces derniers mois. Fin avril, le poids total de la dette en crédit conso des particuliers français s’élevait à plus de 182 milliards d’euros.

Comment expliquer cette bonne santé confirmée du crédit à la consommation ? La faiblesse des taux bien sûr : en avril, les crédits nouveaux à la consommation ont été distribués au taux moyen de 3,96%, proche des plus bas historiques (3,6% en décembre 2017).

Le crédit plutôt que l'épargne pour les ménages à l'aise

Dans ce contexte, les ménages financièrement à l’aise n’hésitent pas à y avoir recours, plutôt que de puiser dans leur épargne, pour financer leurs dépenses de consommation (automobile, mobilier, etc.) : c’est le cas de 27% des Français déclarant avoir un pouvoir d’achat satisfaisant, selon un récent sondage réalisé par Yougov pour le courtier Meilleurtaux (1).

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

Tout le monde, toutefois, n’emprunte pas pour le plaisir. Parmi les Français qui estiment avoir un pouvoir d’achat insuffisant - soit près de 2 sondés sur 3 - 41% contractent un crédit conso pour financer un imprévu (une voiture en panne, des frais de santé, etc.). Pire, 24% y ont recours pour des dépenses courantes d’alimentation ou d’hygiène.

(1) Enquête menée auprès d’un échantillon de 1 023 personnes représentatives de la population française de 18 ans et plus. Sondage effectué en ligne, du 13 au 14 mai 2019, sur le panel propriétaire YouGov.