L'accès au crédit des Petites et moyennes entreprises (PME) s'est amélioré au troisième trimestre, les TPE se situant légèrement en retrait, a estimé lundi la Banque de France lors d'une conférence de presse. Mais la demande reste faible.

Dans le détail, 70% des PME ont obtenu les financements souhaités pour leur crédit de trésorerie ce trimestre (contre 57% au deuxième trimestre), une proportion qui grimpe à 92% pour le crédit d'investissement. En revanche, la demande de crédit des PME, stable par rapport au trimestre précédent, reste faible, notamment pour les crédits de trésorerie, a indiqué Jacques Fournier, directeur général des statistiques à la Banque de France.

Selon l'enquête trimestrielle de la Banque de France, menée auprès de 3.500 PME et 400 ETI (entreprise de taille intermédiaire), 7% des PME ont demandé un crédit de trésorerie de juillet à septembre et 20% d'entre elles ont demandé un crédit d'investissement.

Du côté des ETI, la demande de nouveaux crédits a progressé, tant pour la trésorerie que pour l'investissement, et le taux d'obtention de ces crédits reste élevé. Pour les très petites entreprises (TPE, 0 à 9 salariés), l'accès aux crédits de trésorerie se situe « un cran en dessous de celui des PME » et l'obtention de crédits d'investissement, s'il est plus élevé, « reste en-deçà de celle des PME », selon la BdF.

Baisse inquiétante de l'investissement

Selon M. Fournier, ces chiffres traduisent essentiellement un problème de demande des entreprises et non un resserrement des conditions d'octroi de prêt par les banques. « Depuis plusieurs années, on constate une baisse de l'investissement et une hausse des frais d'entretien. Quand l'économie va redémarrer, est-ce que l'outil pourra suivre ? », s'est inquiété Yves Marmont, vice-président de la Fédération des centres de gestion agréés (FCGA).

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

Selon la FCGA, qui présentait lundi ses statistiques 2013 portant sur 287.000 TPE, le chiffre d'affaires moyen de ces entreprises a reculé de 0,4% en 2013 et leurs résultats bruts moyens de 1,1%. Par secteurs, les TPE oeuvrant dans les transports et dans la santé ont vu leur chiffre d'affaires progresser quand celles du secteur de l'équipement de la personne et de la maison ou de la culture et des loisirs ont particulièrement souffert. Pharmacie et optique ont été les professions les plus favorisées en 2013 en termes de bénéfice net avec des gains moyens de 146.500 euros et 66.800 euros respectivement, selon la FCGA.