67.500 euros, c’est le revenu annuel médian (1) des ménages investissant dans l'immobilier selon le Crédit Foncier. Ce qui représente 5.625 euros par mois.

Ce revenu médian a augmenté de 5,8% entre 2010 et le 1er semestre 2014 selon le Crédit Foncier, qui a publié la semaine passée un profil type de l’investisseur locatif en se basant sur une enquête réalisée auprès de ses clients (2).

Selon cette étude, en 2014, la très large majorité (62%) des ménages investisseurs ont un revenu situé entre 2.501 et 6.000 euros par mois. Et à l'intérieur de cette fourchette, plus des deux tiers des foyers gagnent 3.501 à 6.000 euros. En dehors de ces deux fourchettes, les proportions sont plus faibles : 11% des investisseurs gagnent 6.001 à 8.000 euros mensuels, 10% plus de 8.000 euros. Les revenus inférieurs à 2.500 euros ne représentent que 17% des acquéreurs de biens locatifs.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

A en croire les statistiques du Crédit Foncier, la majorité des investisseurs immobiliers fait donc partie de la frange aisée de la population. Le Crédit Foncier souligne aussi dans cette même étude que le motif premier de ses clients pour investir dans l’immobilier locatif est la possibilité, par ce biais, de réduire leurs impôts.

Lire à ce propos : Immobilier : payer moins d'impôts, 1er critère d'investissement dans le locatif

Mise à jour (23 septembre 2014, 10h32) - Précision concernant les revenus des investisseurs locatifs qui représentent ceux du ménage et non ceux d'un investisseur individuel. L'étude du Crédit Foncier présente certes « le profil de l'investisseur particulier », précisant notamment son âge et son statut matrimonial, mais, contacté, le service communication nous a précisé que « les revenus indiqués sont ceux du ménage ».

(1) La moitié des investisseurs locatifs gagnent plus de 67.500 euros par an, l’autre moitié gagne moins.

(2) 1.961 clients du Crédit Foncier ont répondu à cette étude, du 28 juin au 11 juillet 2014. Aucune représentativité de l’échantillon n’est évoquée.