Entre 2020 et 2021, les charges de copropriété ont augmenté de près de 4% en moyenne. Parmi les dépenses courantes, les plus fortes hausses concernent le chauffage et l'électricité. « Tous les voyants sont au rouge pour 2023 », s'alarme l'association des responsables de copropriété.

Les charges de copropriété sont en nette augmentation en 2021. Après un recul de 2% en 2020, elles ont bondi de 3,9% en 2021. Selon l'association des responsables de copropriété (ARC), le coût moyen des charges annuelles est passé de 2 622 euros à 2 724 euros pour un bien de 60m2. « Ce bilan présente une particularité puisqu'il est établi après l'année du Covid où le fonctionnement et les usages des copropriétés ont été bouleversés, avec notamment les exigences de confinement et de télétravail », a précisé l'ARC aux Echos.

Et pour l'année 2023, l'ARC n'est pas plus optimiste. « Tous les voyants sont au rouge pour 2023. Cela va être la double peine pour les copropriétaires qui voient leurs charges augmenter de manière substantielle et sont par ailleurs soumis aux exigences de rénovation énergétique ».

Le chauffage : le plus gros poste de dépenses

Les charges courantes par m2 sont passées de 43,70 euros à 45,40 euros en 2021. Sans surprise, le chauffage reste le poste de charge qui a le plus augmenté s'élevant à fin 2021 à 12,10 euros contre 10,50 l'année précédente (+15,2%). Vient ensuite l'électricité qui enregistre une hausse de 10%. « Ce constat s'explique principalement par une augmentation de 4% du prix de l'électricité auquel s'ajoute une augmentation du prix de l'abonnement de 7% », selon l'ARC.

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

Si le gouvernement a mis en place en novembre 2021 un bouclier tarifaire sur les prix de l'électricité et du gaz, celui-ci sera modifié dès janvier prochain. En 2023, les tarifs réglementés de l'électricité et du gaz vont augmenter dans la limite de 15%, selon les pouvoirs publics.

Par ailleurs, l'ARC pointe du doigt les frais liés aux ascenseurs avec une hausse de 9,1% en 2021. « Cette évolution s'explique par la hausse des prix de l'électricité mais surtout par une augmentation significative des tarifs des contrats d'entretien, auxquels s'ajoutent des interventions de maintenance inopinées qui nécessitent le changement de pièces, provoquant des charges non budgétisées », selon l'ARC, cité par Les Echos le 8 décembre 2022.

Parmi les postes de dépense qui ont le plus augmenté, on retrouve également les honoraires du syndic. Entre 2020 et 2021, ils ont augmenté de 3,3% en moyenne et de 8,7% en Ile-de-France.

Copropriété : la nouvelle astuce des syndics pour faire banquer les propriétaires