La probabilité d'une baisse des prix de l'immobilier en Europe grandit, sous l'effet du ralentissement de l'économie et de la hausse rapide des taux d'intérêt, affirme dans une note publiée mercredi l'agence de notation Moody's.

« Le risque d'un retournement du marché de l'immobilier en Europe et d'une large réévaluation du foncier résidentiel a augmenté », écrit Moody's. « Les prêts immobiliers devenant plus onéreux, la demande de logements va baisser, amenant probablement un assouplissement des prix de l'immobilier après plusieurs années de croissance », estime l'agence de notation.

Mais cette baisse des prix ne va pas permettre à davantage de ménages d'accéder à la propriété, leur pouvoir d'achat étant diminué par l'inflation. « La demande de logements va également souffrir d'une faible confiance des consommateurs, avec une aversion au risque croissante de ceux-ci alors que le conflit russo-ukrainien continue d'alimenter l'incertitude économique », prédit Moody's.

Une forte baisse des prix, supérieure à 15%, serait de nature à mettre en difficulté des banques ayant acquis récemment des titres financiers adossés à des prêts hypothécaires, notamment en France, Italie, Espagne et aux Pays-Bas. Les banques du nord de l'Europe sont les plus exposées à un retournement du marché, note Moody's, mais ce sont aussi celles qui disposent des matelas financiers les plus confortables.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Une baisse des prix aurait également des conséquences sur les logements sociaux au Royaume-Uni, ceux-ci étant financés par des groupes qui tirent l'essentiel de leurs revenus de ventes immobilières sur le marché.