Dès le 1er janvier prochain, les bailleurs n'auront plus le droit de louer leur logement s'il est classé F ou G selon le DPE. Malgré cette interdiction, 31% des propriétaires comptent bien se passer de cette obligation et continuer à le mettre sur le marché en l'état, sans effectuer les travaux nécessaires à la rénovation énergétique.

Un tiers des bailleurs (31%) ne se mettront donc pas en conformité avec la loi Climat et résilience de 2021 et continueront de louer leur logement même s'il est classé F ou G au diagnostic de performance énergétique (DPE), selon un sondage réalisé par la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim).

D'après cette même étude, 5% des bailleurs, faisant appel à la gestion locative souhaitent d'ailleurs en récupérer la gestion. Si les seuils fixés par la loi empêcheront les agents immobilier de proposer ces biens à la location, les particuliers pourront toujours les mettre en location eux-même. La loi interdit bien la location des passoires thermique mais il est impossible juridiquement parlant d'interdire la location d'un bien, selon Capital.

« Rénover, c'est du temps et de l'argent »... Faut-il vendre ou faire les travaux d'un logement mal isolé ?

Vendre avant le début de l'interdiction de location

Si certains tenteront de passer entre les mailles du filet, 26% des propriétaires bailleurs prévoient de vendre leur bien et 6% opteraient pour la location de courte durée, non soumise à l'interdiction de location.

« C'était une intuition, nous l'avons désormais quantifiée : près de 500 000 logements très énergivores actuellement loués sont susceptibles de quitter le marché locatif d'ici à six ans. Il s'agit principalement de petites superficies, dont l'achat peinera de surcroît à être financé », a alerté Jean-Marc Torrollion, le président de la Fnaim.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Selon l'Observatoire national de la rénovation énergétique (l'ONRE), 5,2 millions de résidences principales en France sont aujourd'hui considérées comme des passoires thermiques, soit 17,3% du parc. L'ONRE estime que 140 000 biens actuellement mis en location par des particuliers devraient normalement être interdits à la location.

DPE : un logement sur cinq est une passoire thermique