Si la location meublée permet d’appliquer un loyer plus élevé, dans certaines villes l’écart de prix est insuffisant pour amortir l’équipement acheté. Dans d’autres, à l’inverse, les bailleurs ne doivent pas hésiter.

Louer vide ou louer meublé ? Pour trancher, les bailleurs ne doivent pas prendre en compte uniquement la fiscalité, plus légère pour un meublé, et le niveau du loyer, plus cher en meublé. Car, sinon, ils risquent de conclure trop vite que la location avec meubles est plus avantageuse. Outre le risque de devoir changer de locataires plus souvent, ils doivent aussi tenir compte du coût des meubles, qu’il faut acheter, amortir et en changer au fil des baux. Car, dans certaines villes, l’écart de prix entre la location meublée et la location nue est insuffisant pour amortir rapidement l’équipement du logement.

Le site immobilier SeLoger illustre cette problématique dans une étude publiée le 1er décembre, qui concerne les studios et les 2 pièces. Point de départ de celle-ci : le coût des meubles. Pour un studio, SeLoger l’estime à 4 300 euros, dont 1 700 euros de mobilier et 1 700 euros d’électroménager. Pour un 2 pièces, la somme retenue est de 5 600 euros.

Lire aussi : Immobilier locatif : les sérieux atouts du meublé

Plus de 50 ans à attendre à Mulhouse

Résultat, dans les villes où les écarts de loyers d’un studio entre le vide et le meublé représentent seulement une trentaine d’euros par mois, il faut une dizaine d’années pour rentabiliser les meubles achetés. A Clermont-Ferrand, par exemple, où le différentiel de loyer est de 36 euros, il faut 10 ans d’amortissement. La plateforme immobilière cite également Montreuil (13 ans et 7 mois) et Saint-Denis (17 ans et 8 mois) comme endroit où le meublé n’est pas une si bonne option.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Dans certaines villes où les locataires trouvent facilement à se loger, cette durée peut être bien plus longue encore. C’est le cas à Mulhouse où les bailleurs doivent en moyenne patienter 54 ans pour amortir l’équipement d’un 2 pièces… Pas sûr que la literie et le canapé tiennent le coup !

3 ans, voire moins, à Paris, Lyon ou encore Bordeaux

A l’inverse, dans les villes plus tendues en termes d’immobilier locatif, les meubles sont très vite rentabilisés. A Paris, par exemple, il faut moins de 3 ans pour le studio et 2 ans et 1 mois pour le T2. A Lyon également, la location meublée est attractive : les meubles achetés sont amortis en 2 ans et 7 mois pour un studio et en 2 ans et 6 mois pour un 2 pièces.

Top 5 des villes où les meubles sont les plus vite amortis

Pour un T2

  • Paris : 2 ans et 1 mois ; écart de loyer : 228 euros
  • Lyon : 2 ans et 6 mois ; écart de loyer : 189 euros
  • Bordeaux : 2 ans et 8 mois ; écart de loyer : 171 euros
  • Strasbourg : 3 ans et 1 mois ; écart de loyer : 152 euros
  • Toulouse : 3 ans et 2 mois ; écart de loyer : 147 euros

Pour un studio

  • Argenteuil : 1 an et 10 mois ; écart de loyer : 195 euros
  • Angers : 2 ans et 1 mois ; écart de loyer : 173 euros
  • Villeurbanne : 2 ans et 4 mois ; écart de loyer : 155 euros
  • Rennes : 2 ans et 6 mois ; écart de loyer : 141 euros
  • Lyon : 2 ans et 7 mois ; écart de loyer : 137 euros

Source : Baromètre des loyers SeLoger