A la fin de la construction d'une maison, le propriétaire n'est pas tenu de remarquer immédiatement tous les défauts, même s'ils sont apparents. Il dispose d'un délai de 8 jours s'il n'est pas assisté d'un professionnel lors de la réception des tavaux.

Dès lors qu'il n'était pas assisté par un professionnel de la construction, architecte ou maître d'œuvre, lors de la réception des travaux, la loi lui donne huit jours pour signaler les vices apparents qui doivent être réparés, a souligné la Cour de cassation. La « réception » d'une maison en construction marque la fin du chantier et le début des dix ans de garantie obligatoire, cautionnée par un assureur, ainsi que le début de la garantie de « parfait achèvement » qui est due par tout intervenant durant un an.

Le propriétaire d'une maison tout juste terminée avait pris possession des lieux sans faire aucune remarque, signant le procès-verbal de réception sans formuler aucune réserve. Quelques jours plus tard, il avait présenté des réclamations mais le constructeur et son assureur répondaient que personne ne l'avait contraint à accepter sans faire de remarques sur des défauts qu'il avait vus puisqu'ils étaient apparents. Le constructeur s'estimait dès lors libéré de toute obligation liée à la « garantie de parfait achèvement », celle-ci n'ayant pas été invoquée en temps utile.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 10 contrats comparés

Cependant, la loi, dans le code de la construction et de l'habitation, expose clairement que le maître de l'ouvrage, c'est à dire son propriétaire, dispose d'un délai supplémentaire de huit jours pour invoquer cette garantie lorsqu'il n'a pas été assisté par un professionnel lors de la réception des travaux, a observé la Cour. Sa demande était donc recevable.

(Cass. Civ 3, 11.7.2019, V 18-14.511).