Le taux d'intérêt moyen des crédits immobiliers en France s'est établi à 2,05% en octobre, un niveau au haut plus depuis près de 7 ans, selon le tableau de bord de l'observatoire Crédit Logement/CSA publié jeudi.

Il faut remonter à février 2016 pour constater un taux comparable, de 2,07%. Dans le détail, les taux des prêts ont tous augmenté, quelle que soit leur durée à l'octroi. Ils étaient en moyenne en octobre de 1,92% sur 15 ans, 2,06% sur 20 ans et 2,17% sur 25 ans. Ces taux ne comprennent pas le coût des assurances et des frais annexes, comme l'éventuelle commission d'un courtier.

Une hausse rapide

Cette hausse, liée à la hausse des taux directeurs de la Banque centrale européenne (BCE), est de surcroît rapide. En décembre dernier, le taux moyen était presque deux fois inférieur, à 1,06%.

Le taux d'intérêt moyen des nouveaux crédits immobiliers est aussi suivi de près par la Banque de France. Sa dernière « estimation avancée » pour septembre faisait état d'un taux moyen de 1,72%, contre 1,10% en décembre 2021. Les données pour le mois d'octobre seront publiées vendredi.

Les regards tournés vers la Banque de France

La Banque de France est en première ligne car c'est à elle que revient le calcul du taux plafond pratiqué par les banques : le taux d'usure. Il est depuis le 1er octobre à 3,05% pour un emprunt de 20 ans et plus, tous frais compris. Ces taux plafonds sont sous le feu des critiques, notamment des courtiers qui y voient un frein à l'accès au crédit immobilier. Un de leurs syndicats était même allé jusqu'à manifester le 20 septembre devant le siège de la Banque de France à Paris pour lui demander de faire un geste.

Économisez jusqu'à 70% sur votre assurance emprunteur

La durée moyenne des prêts est aussi en augmentation, selon l'Observatoire qui associe les principaux établissements bancaires français à un institut d'études de marché. Elle franchit la barre symbolique des 20 ans (244 mois), un niveau « jamais observé par le passé ».

La production de crédits aurait quant à elle atteint un point haut. « Malgré une revalorisation du taux d'usure, la production de crédits n'arrive pas à rebondir », constate l'Observatoire. La production de crédits « mesurée en niveau annuel glissant était en baisse de 10,7% à fin octobre, (...) et le nombre de prêts accordés reculait de 12,9% », précise-t-il.

Le baromètre mensuel des taux immobiliers