Sans surprise, les taux de crédit immobilier continuent à grimper sur ce début du mois d'août, malgré la baisse de l'OAT 10 ans, l'un des indices qui fait la pluie et le beau temps sur le crédit immobilier. Pour les emprunteurs, l'étau se resserre en cette période de vacances souvent peu propice à faire avancer les dossiers.

On le sait : l'été, qui rime avec vacances pour une majorité de Français, n'est pas une période idéale pour le crédit immobilier. « On va avoir peu de barèmes, les gens sont en vacances, explique Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer. On a plutôt reçu sur la deuxième moitié de juillet des communications des banques qui nous expliquaient quel profil d'emprunteurs elles recherchent. Les cartes seront plutôt rebattues en septembre. »

Les meilleurs profils ne sont plus épargnés

Si les banques, qui doivent fonctionner en effectifs réduits, ont donc tendance à serrer un peu la vis en temps normal, les conditions actuelles n'arrangent rien. Certes, l'OAT 10 ans - indicateur des taux d'emprunt de l'Etat français, qui fait figure d'indice de référence pour les évolutions du marché du crédit en France - est revenu à 1,61% en cette fin juillet, après avoir dépassé les 2,35% mi-juin, les taux de crédit immoblier continuent quant à eux à remonter. Ainsi, alors qu'il était possible d'emprunter à 1,57% sur 20 ans en juillet, les emprunteurs qui y ont encore accès se voient aujourd'hui proposer, au mieux, du 1,76% en ce début du mois d'août.

Et les très bon profils ne sont pas épargnés. D'après Cafpi, les taux affichés pour les clients premium sont désormais à 1,30% sur 15 ans contre 0,90% le mois dernier (+ 40 centièmes), 1,45% sur 20 ans contre 1,10% en juillet (+ 35 centièmes) et 1,55% sur 25 ans contre 1,30% sur 25 ans (+ 25 centièmes).

Les taux moyens dans les banques début août

    • Sur 15 ans : 1,48% en moyenne selon Cafpi ; 1,64% d'après Pretto ; 1,69% pour Meilleurtaux.
    • Sur 20 ans : 1,58% selon Cafpi ; 1,76% d'après Pretto ; 1,85% pour Meilleurtaux.
    • Sur 25 ans : 1,75% en moyenne selon Cafpi ; 1,88% d'après Pretto ; 2% pour Meilleurtaux.

    Taux moyens constatés par les réseaux de courtage, sur la base des barèmes fournis par les banques. Ils ne tiennent pas compte du coût de l'assurance emprunteur.

Contrairement aux profils plus fragiles, les profils à fort potentiel peuvent donc encore espérer tirer leur épingle du jeu, comme l'explique dans un communiqué Pierre Chapon, président du courtier Pretto : « Fin juillet, les taux sont très difficilement négociables. Les profils à fort potentiel permettant à la banque d'envisager une relation bancaire complète sont privilégiés... a fortiori, s'ils empruntent des montants modestes (300 000 à 400 000 euros maximum) qui pèsent moins sur les bilans des banques. »

Pour les dossiers moins attractifs, il faudra encore patienter, en espérant que les banques relancent leur conquête clients à la rentrée : « Nous recommandons aux emprunteurs de profiter du mois d'août pour travailler leur dossier et le solidifier dans l'objectif de profiter en septembre des opportunités qui ne manqueront pas de se présenter compte-tenu des objectifs d'acquisition que se sont fixées certaines banques », confirme encore Pierre Chapon.

Économisez jusqu'à 70% sur votre assurance emprunteur

« Un gel progressif des crédits immobiliers »

« Tous les indicateurs du crédit sont au rouge, alerte Olivier Lendrevie, président du courtier Cafpi. Les taux poursuivent leur rapide remontée et le montant des crédits accordés est en baisse (-12,5% au deuxième trimestre, en glissement annuel), selon les derniers chiffres du Crédit Logement. Sur le terrain, nous observons un gel progressif des crédits immobiliers. »

Malheureusement, même à la rentrée, le taux d'usure (taux maximal auquel une banque est autorisée à prêter) devrait continuer à bloquer les emprunteurs. Olivier Lendrevie fait état d'un dossier sur deux qui connaît, depuis début juillet, des difficultés à cause du taux d'usure, fixé à 2,57% pour les prêts sur 20 ans et plus (2,60% pour les durées plus courtes).

CompareR les taux immo