L'aide à l'acquisition de sa résidence principale ou à la réalisation de travaux de rénovation énergétique a été prolongée dans dans la loi de finance 2022 jusqu'à la fin 2023.

Le prêt bancaire avantageux va perdurer, au moins quelques temps. La ministre du Logement Emmanuel Wargon a précisé ce lundi les contours du prolongement du prêt à taux zéro (PTZ) et de son pendant écologique, l'Eco-PTZ sur le point d'être bonifié. Ce prêt qui pourra atteindre 50 000 euros sur maximum 20 ans, soutenu par l'Etat sans intérêts à rembourser, est prolongé jusqu'à fin 2023. Il peut être accordé par une banque sans condition de ressources mais après examen d'un dossier.

Dans le cadre d'une demande d'aide MaPrimerenov', l'octroi du prêt sera facilité. Les dispositifs MaPrimeRenov' Sérénité et Mon Accompagnateur Renov', réunis sous la bannière France Renov', seront développés dès le début 2022. « Ces prorogations de deux ans garantissent davantage de visibilité aux particuliers, aux copropriétés et aux professionnels, ce qui permettra la mise en place de projets de rénovation énergétique », estime la ministre.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

Le PTZ à destination des primo-accédants est lui aussi revu par le gouvernement dans le cadre du projet de loi de finances 2022 actuellment en débat. Sous condition de ressources, il a été prolongé jusqu'à fin 2023. Pour l'obtenir, le bien immobilier concerné par le prêt doit devenir obligatoirement la résidence principale des personnes déclarées dans l'opération. Par ailleurs, pour ouvrir droit au PTZ, le logement acquis doit respecter certaines conditions concernant son état et sa localisation géographique. Selon la zone en question et le profil du bien, le PTZ peut être accordé dans une opération d'un montant maximal de 345 000 euros.