Satisfaite des résultats de sa marque MaPrimeRenov', la ministre du Logement Emmanuelle Wargon lance MaPrimeRenov' Sérénité et Mon Accompagnateur Renov' dès le 1er janvier 2022 sous l'ensemble France Renov'. Un nouveau prêt sera aussi proposé pour financer les travaux de rénovation.

Lors d'une étude d'opinion, le ministère du Logement s'est aperçu que le dispositif « MaPrimeRenov' » s'était fait une place dans l'esprit des Français quand il est question de rénovation énergétique. Sous le nom de France Renov', une plateforme et un réseau de conseillers uniques et une aide spécifique pour les ménages les plus modestes seront mis en place au 1er janvier 2022 pour accentuer la transformation du parc immobilier défaillant. Des nouveaux services plus « lisible » et plus « simple », se félicite d'avance le cabinet d'Emmanuelle Wargon. Deux points essentiels car le dispositif MaPrimeRenov' a souvent été critiqué pour ses lenteurs et ses va-et-vient administratifs.

Une plateforme internet (france-renov.gouv.fr) et un numéro de téléphone (0.808.800.700) uniques, ainsi que d'un réseau unifié d'espaces conseil réparti sur toute la France (450 guichets tenus par l'Anah aujourd'hui) seront disponibles pour les ménages intéressés par des travaux de rénovation énergétique. La transformation du DPE et les sanctions liées devraient encore pousser plus de propriétaires à engager des travaux.

Immobilier : le nouveau DPE va-t-il faire chuter la valeur de mon logement ?

Ma Prime Rénov' Sérénité

Cette nouvelle prime pourra être demandée par près de 5 millions de foyers dans le cadre de rénovations dites « globales ». Des logements qualifiés de « passoires thermiques » qui nécessitent des interventions très coûteuses. Elle pourra financer jusqu'à 50% des travaux entrepris jusqu'à un plafond de 30 000 euros quand le versement moyen de MaPrimeRenov' est de 3 000 euros.

Cette aide est cumulable avec d'autres offres, notamment l'Eco PTZ d'un montant maximum de 30 000 euros lui aussi mais souvent dur à obtenir pour les ménages modestes ou les emprunteurs âgés. Pour en profiter, les logements devront avoir été construits il y a plus de 15 ans.

Pour s'attaquer à ces logements privés mal notés dans les dix prochaines années, « il faudrait traiter, chaque année, 290 000 maisons individuelles et 9 500 copropriétés », souligne le ministère. Ma Prime Rénov' Sérénité va remplacer le dispositif Habiter Mieux, lancé en 2013 et géré par l'Agence nationale de l'Habitat (Anah).

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

Mon Accompagnateur Rénov'

Un accompagnateur agréé par l'État sera chargé de conseiller sur les travaux à réaliser et d'orienter les ménages, qui trop souvent, ne savent pas vers qui se tourner pour obtenir des réponses et pour trouver des artisans « Reconnu garant de l'environnement » (RGE). Le but aussi est de mieux contrôler le versement des aides de l'Etat et limiter les escroqueries.

Dans un premier temps, il s'agira d'agents de l'Anah et du réseau FAIRE (Faciliter, Accompagner et Informer à la Rénovation Énergétique) coordonnés par l'Ademe (Agence de la transition écologique). Puis dans la deuxième partie de l'année, la fonction s'ouvrira à des tiers du privé. Les modalités de cette aide devront être précisées par un décret attendu pour le printemps 2022. Le service pourrait notamment être payant au-dessus d'un certain niveau de revenus.

Depuis sa mise en place en 2020 en remplacement du CITE, le dispositif MaPrimeRenov' a généré 500 000 demandes d'aides depuis janvier 2021 et il a été décidé d'allouer 2 milliards d'euros pour le pérenniser en 2022.

Supprimons le Livret A !

Un nouveau prêt pour la rénovation énergétique

Le Crédit Mutuel et La Banque Postale se sont engagés à proposer à leurs clients le PAR : le prêt avance rénovation et ancien prêt avance mutation. Accordé pour la réalisation de travaux de rénovation énergétique, il n'est à rembourser qu'à la vente du bien ou à sa transmission par héritage. Créé en 2015, il doit accompagner l'essor de France Renov' et de MaPrimeRenov'.

Pour cette aide à financer la rénovation de logements, les banques se couvrent par une hypothèque à hauteur du montant du prêt plus les intérêts. En seconde lame, l'Etat assure 75% de la somme prêtée par la banque. Le montant demandé est versé de façon périodique et seuls les intérêts sont à rembourser tout de suite, si le souscripteur le souhaite. Par contre, le recouvrement de la somme prêtée débute lui lors de la vente du bien ou de sa transmission par héritage.

D'autres banques françaises pourraient suivre.