Le Crédit Mutuel a surpris tous les acteurs du prêt immobilier en annonçant exonérer ses clients fidèles de questionnaire de santé. Le président de la confédération du Crédit Mutuel en a profité pour égratigner la proposition de loi visant à permettre une résiliation à tout moment de l'assurance emprunteur, laquelle sera examinée le 25 novembre à l'Assemblée nationale...

Coup de com' ? Geste solidaire et désintéressé ? Ou coup politique et stratégique visant à peser sur les débats à venir sur l'assurance emprunteur ? Tout dépend évidemment du point de vue, mais force est de reconnaître que Nicolas Théry et Daniel Baal, respectivement président et directeur général du Crédit Mutuel Alliance fédérale, ont réussi à attirer les projecteurs en annonçant supprimer le recours au questionnaire de santé pour leurs clients fidèles (7 ans de domiciliation de revenus au moment de la souscription).

Prêt immo : combien les clients du Crédit Mutuel vont économiser sur leur assurance

Un coup de projecteur qui a permis au Crédit Mutuel de faire passer un message : « Je ne pense pas grand bien de la proposition de loi sur la résiliation infra-annuelle [de l'assurance emprunteur] », a tout d'abord glissé Daniel Baal lors d'une visioconférence mardi matin.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Il fait référence à un texte déposé à l'Assemblée nationale par la députée Agir Patricia Lemoine, proposition amendée suite à des échanges avec certains acteurs du secteur et avec Bercy. Or cette proposition de loi, qui sera examinée par les députés le 25 novembre 2021, a de grandes chances d'aboutir, puisqu'elle aurait reçu l'aval des services de Bercy et puisque les députés se sont plusieurs fois montrés favorables à la résiliation à tout moment de l'assurance emprunteur ces dernières années.

Prêt immobilier : bientôt une loi pour changer facilement d'assurance emprunteur

Relancé par MoneyVox au sujet du débat parlementaire à venir, Nicolas Théry s'est montré encore plus véhément sur le texte de Patricia Lemoine : « C'est une proposition d'américanisation, de Far West de l'assurance qui, à terme, prive les moins favorisés d'un accès à la propriété. Et je le dis avec des termes simples et modérés. » Coup de com' ou coup de pression ?

économisez sur l'assurance de prêt