Pas moins de 43 millions d'euros fraudés, de 2018 à 2020 ! La crise sanitaire et les confinements successifs ont été propices « à la multiplication d'arnaques téléphoniques » selon l'Association française des sociétés financières (ASF), qui représente les établissements spécialistes du crédit. Voici 5 bons réflexes à adopter pour déjouer ces arnaques aux faux courtiers en crédit.

Un « courtier spécialisé » vous démarche par téléphone, vous questionne sur vos actuels crédits conso à rembourser... puis vous fait miroiter une « offre de rachat à un taux très attractif » ? Méfiance ! Et ce même si le « courtier spécialisé » au bout du fil affirme qu'il fait partie d'une enseigne reconnue et ayant pignon sur rue.

« Ces escrocs se font passer pour des courtiers spécialisés au nom connu du grand public », affirme dans un communiqué commun l'ASF et huit associations de consommateurs (1). « Ils sont en réalité en quête des données personnelles de l'emprunteur potentiel qu'ils réutiliseront ensuite pour souscrire un crédit auprès d'un autre établissement en son nom. Le consommateur se retrouve alors redevable d'un crédit supplémentaire alors même que ses anciens crédits ne sont pas remboursés, car le “faux courtier” a détourné les fonds à son profit. »

Les confinements successifs ont eu pour effet de multiplier ces arnaques. Résultat : « La fraude aux faux courtiers est de grande envergure », affirme l'ASF. Ce groupement professionnel dénombre, à travers les seuls chiffres de sept établissements adhérants, pas moins de « 2 038 fraudes pour un montant d'environ 43 millions d'euros » en l'espace de 3 ans (de 2018 à 2020). Pour éviter de vous faire avoir, les co-signataires de ce communiqué livrent 5 précautions minimales à même de « réduire notablement » ces cas de fraude.

1 - Attention aux offres trop alléchantes

Première règle de base : quand cela paraît trop beau pour être vrai... c'est qu'il y a peut-être un loup ! Les associations et l'ASF vous invitent ainsi à vous méfier de toutes les « offres trop alléchantes » : « Un taux d'intérêt très bas ou encore un accès au crédit sans conditions doivent vous mettre la puce à l'oreille. »

2 - Ne jamais transférer les fonds empruntés

La deuxième précaution mise en avant par l'ASF et les associations de consommateurs est la plus importante dans le cas de cette arnaque au faux courtier : « Ne transférez jamais les fonds reçus de la part d'un établissement financier à un courtier ou à quiconque. » Certains fraudeurs vont en effet réclamer aux victimes de leur transférer les fonds perçus de ce nouvel emprunt. Il ne faut surtout pas tomber dans ce panneau : « En cas de doute, contactez l'établissement qui vous a versé les fonds (et pas le courtier) en utilisant les coordonnées publiques que vous trouverez sur son site internet. »

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

3 - Utiliser les coordonnées publiques

Un réflexe classique mais qui permet d'éviter la plupart des usurpations d'identité et des arnaques usant du démarchage téléphonique : répondre à l'offre en recherchant vous-même le numéro de l'établissement prêteur. « Afin de vérifier la réalité de l'offre, prenez toujours contact avec la société de la personne qui vous a démarché en utilisant les coordonnées publiques que vous trouverez sur son site internet », et non en réutilisant le numéro communiqué par le démarcheur, ni en répondant à son email.

4 - Contacter la banque prêteuse

La 4ème précaution citée par l'ASF et les huit associations de consommateurs est une double sécurité allant de pair avec la précaution numéro 3 : « Privilégiez le contact direct avec l'établissement prêteur. » En clair : contacter la banque ou l'établissement spécialisé de crédit pour vérifier que le courtier vous ayant démarché n'est pas un fraudeur.

5 - Consulter les « listes noires » des arnaqueurs

Ultime précaution : rechercher le courtier vous ayant démarché sur l'une des « listes noires tenues et régulièrement mises à jour par les autorités de contrôle » pour vous assurer qu'il ne s'agit pas d'un « faux courtier » identifié comme fraudeur par les régulateurs. L'ASF et les associations signataires du communiqué vous invitent à utiliser la liste noire de ABE (assurance, banque, épargne) Info-service.

Comparatif des offres de crédit conso en ligne

(1) Adéic, AFOC, ALLDC, CNAFAL, CNAFC, CSF, CNL et Indecosa-CGT.