Si les taux d'intérêt des crédits immobiliers sont restés stables en janvier à 1,17%, en moyenne, selon l'étude mensuelle de référence publiée mardi, certains profils n'en profitent pas du tout. Bien au contraire.

Le taux moyen des nouveaux crédits s'était établi au même niveau en décembre après avoir augmenté « de 16 points de base entre mars et juin » avant de perdre 10 points au cours du second semestre, indique dans un communiqué l'observatoire Crédit Logement/CSA, qui associe les principales banques françaises à un institut d'études de marché. Ce taux n'est pour autant pas revenu à son niveau d'avant confinement, ajoute l'Observatoire.

Les plus hauts salaires, les gagnants

En janvier, ce sont les plus hauts salaires qui ont bénéficié des taux les plus intéressants. Ainsi, pour les emprunteurs dont les revenus sont au moins égaux à 3 SMIC le taux immo moyen a reculé de 3 points de base entre décembre et janvier soit « 1,13% pour les 3 à 5 SMIC et 1% pour les 5 SMIC et plus », mais « il s'est accru de 3 points pour les moins de 3 SMIC pour un taux de 1,25% », a indiqué l'Observatoire.

Voir le comparatif partenaire avec les meilleurs taux immo

La durée moyenne des prêts s'est établie en janvier à 227 mois, son niveau de l'automne 2019, après avoir atteint un niveau jamais observé de 235 mois en octobre. Cette durée moyenne s'était accrue dès le début de l'été « afin d'absorber les conséquences de la hausse des prix des logements » mais elle avait commencé à reculer à partir de décembre, une baisse qui s'est poursuivie en janvier, selon l'organisme.

Près de 20% de prêts en moins

Le nombre de prêts immobiliers a chuté en France en 2020 malgré des taux d'intérêt toujours très bas, l'activité étant plombée par les conséquences de la crise sanitaire au détriment notamment des plus pauvres. Le nombre total de nouveaux prêts a reculé de 18,1% l'an dernier.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Fin 2020, « la mise en œuvre du deuxième confinement a affecté les conditions de réalisation des projets immobiliers des ménages et provoqué l'abandon d'opérations envisagées », avait expliqué l'observatoire en décembre.