En avril 2015, le courtier Meilleurtaux estime que la capacité d’emprunt, pour une mensualité de 1.000 euros par mois, s’élève à 192.585 euros. Soit près de 9% de plus qu’un an auparavant.

Pas de surprise en avril : les taux de crédit immobilier continuent inlassablement leur baisse. Meilleurtaux a ainsi relevé un taux moyen en retrait de 0,06 point sur 15 ans (2,06%), et de 0,09 point sur 20 et 25 ans (respectivement 2,28% et 2,61%).

Maël Bernier, directrice de communication du courtier, avance que « si les taux des crédits aux particuliers ont ainsi continué à baisser au mois d’avril, battant à nouveau des records, la remontée légère et récente de l’OAT 10 ans de 0,45% en avril à 0,68% début mai [le taux s'est depuis approché du seuil des 1%, NDLR] pourrait, si elle se confirme dans les semaines qui viennent, marquer le début d’une stabilisation ». Un avis partagé mais nuancé par Jérôme Robin, président et fondateur de Vousfinancer : « Même si la tendance à la hausse de l’OAT 10 ans se confirme, les taux de crédit immobilier ne devraient pas remonter brutalement [...] : aucune banque ne voudra être la première à relever ses taux de crédit, et si remontée il y a, celle-ci devrait être progressive. »

Epargner plutôt qu’emprunter

De son côté, dans son communiqué sur le profil des acquéreurs en avril, le courtier Immoprêt note que le prix moyen du bien acquis s’élève à 160.210 euros, en hausse de 4,4% par rapport à l’an dernier. Mais dans le même temps, l’apport moyen est en repli de 9%, à 27.766 euros. Une « volonté des ménages de conserver leur épargne » selon Ulrich Maurel, fondateur du réseau, qui évoque notamment la situation économique, « source d’inquiétude », l’augmentation de la pression fiscale et le « coût d’argent faible incitant à emprunter davantage pour conserver plus de son épargne ».

Économisez jusqu'à 70% sur votre assurance emprunteur

Par ailleurs, le courtier note une durée d’emprunt de 242 mois, en baisse de 2 mois par rapport à avril 2014. « Il est normal de voir les durées d’emprunts baisser », estime Ulrich Maurel, qui considère que les taux bas confirment le « regain » de pouvoir d’achat des ménages. En effet selon Meilleurtaux, pour 1.000 euros de mensualité, la capacité d’emprunt moyenne est passée de 176.780 euros en avril 2014 (à un taux de 3,22% sur 20 ans) à 192.585 euros (à un taux de 2,28%), soit un gain de près de 16.000 euros.