Du jamais vu « depuis la fin des années 40 » selon l'observatoire du Crédit Logement/CSA : en un an, les taux d'emprunt immobilier ont chuté de 0,71 point. Pourtant, la production de crédits affiche une baisse sur l'année 2014.

2,42%. Il s’agit, selon le Crédit Logement, du taux moyen, hors assurances, d’un prêt immobilier en France au 4e trimestre 2014. « Jamais depuis la fin des années 40, les taux n’étaient descendus aussi bas », souligne l’observatoire paru cette semaine. Les Français ont majoritairement emprunté sur taux fixes, les taux variables ne représentant que 2,4% de la production des crédits en décembre, en baisse de 4 points par rapport à 2013. Par ailleurs, au 4e trimestre, la production de crédits a augmenté de 7,5% et le nombre de prêts accordés de 1%. Une hausse à l’inverse de la tendance 2014, puisqu’au total la production a reculé de 3,8%, pour atteindre 118,9 milliards d’euros. Le nombre de prêts accordés, lui, a baissé de 6,4% par rapport à 2013.

L’observatoire rapporte également que la durée moyenne des prêts s’établit à 211 mois (17,6 années), soit 7 mois de plus qu’au printemps 2014. Il assure que « ce sont les jeunes ménages qui ont bénéficié le plus largement de cette évolution : le mouvement de dégradation des flux de la primo accession des ménages jeunes ou modestes qui s’observait depuis l’automne 2011 est enrayé ». Par ailleurs, 52,9% des crédits sont accordés sur une durée supérieure à 20 ans, contre 44,5% en 2013.

235.900 euros pour un bien dans l’ancien

Pour le marché de l’ancien, l'impact de la baisse des taux depuis 2011 équivaut à une baisse des prix de l’immobilier de 15%. En 2014, les acquéreurs ont déboursé en moyenne 235.900 euros pour acheter leur bien, en empruntant 185.100 euros sur une durée de 222 mois à un taux de 2,42%. Les moins de 45 ans représentent 78% de ces acquéreurs, et 60,8% d'entre eux perçoivent moins de 4 smic par mois. La production de crédits pour un achat dans l’ancien a diminué de 4,1% en 2014, tandis que le nombre de prêts accordés a lui aussi reculé de 5,4%.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

A l’inverse, le neuf a progressé en 2014. Sur l’année, la production de crédits a augmenté de 1,5%, et le nombre de prêts accordés de 3,1%. En effet, plus de la moitié des acquéreurs de moins de 35 ans (51,8%) se laissent séduire par un achat dans le neuf. C’est 1,1 point de plus qu’en 2013. Par ailleurs, le coût moyen de l’opération augmente de 1,5%, pour atteindre 232.700 euros. Le montant emprunté est quant à lui de 186.700 euros, sur une durée de 228 mois et à un taux de 2,45%. D’un autre côté, l’apport personnel a chuté de 7,2% en 2014, « sous l’effet du retour de ménages plus jeunes et de primo-accédants », dont l’apport est plus faible. Accédants et primo-accédants confondus, il s’élève en moyenne à 19,8% du montant du bien. Les revenus moyens annuels par foyer des acquéreurs sont estimés à 59.600 euros, bien que 66% d’entre eux gagnent moins de 4 smic mensuels.

Des taux à 2,33% en janvier

L’observatoire du Crédit Logement précise que « la baisse des taux des crédits immobiliers a soutenu les marchés et assuré leur redémarrage. Elle se poursuit en janvier 2015, avec des taux à 2,33% ».

Si en 2014, la production de crédits a reculé de 3,8%, « la reprise devrait s’affirmer en 2015. Elle pourra s’appuyer sur les soutiens publics à l’investissement locatif et l’accession à la propriété et sur le dynamisme de l’offre de crédits ». Ainsi, le Crédit Logement estime que la production devrait s’élever à « au moins 130 milliards d’euros », soit 12 milliards supplémentaires par rapport à 2014.