Le juge français Renaud van Ruymbeke a bouclé son enquête sur les emprunts hypothécaires accordés par la filiale luxembourgeoise de la Landsbanki avant la crise financière de 2008, a indiqué mardi à l'AFP une source proche du dossier.

Cette information judiciaire avait été ouverte en 2009 après des plaintes de particuliers victimes de ce produit financier controversé, parmi lesquels le chanteur Enrico Macias. Le magistrat instructeur du pôle financier de Paris, qui a mis en examen pour « escroquerie » la Landsbanki Luxembourg et neuf autres personnes, a notifié lundi la fin de ses investigations, selon cette source.

Réquisitoire dans les 3 mois

Le parquet de Paris a désormais trois mois pour rendre son réquisitoire, un délai au cours duquel les différentes parties peuvent également effectuer des observations.

Dans cette affaire hors norme, qui a donné lieu à un bras de fer entre les justices française et luxembourgeoise, la Landsbanki Luxembourg s'était vu imposer une caution de 50 millions d'euros.

En manque de liquidités, la Landsbanki avait proposé, via sa filiale luxembourgeoise, de 2006 à 2008, à des centaines de particuliers d'hypothéquer leur maison en contrepartie de prêts avantageux. Le montage, complexe, impliquait que l'emprunteur reçoive une partie de la somme, tandis que la banque réinvestissait le reste sur les marchés. La valeur de ce portefeuille devait grossir au point de couvrir l'intégralité de l'emprunt, qui n'était remboursable qu'à son terme.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

La Landsbanki nationalisée

Mais dans la foulée de la faillite de la banque d'affaires Lehman Brothers en septembre 2008, plusieurs banques islandaises s'étaient effondrées, dont la Landsbanki qui fut nationalisée en urgence.

Conséquence de la crise, les placements proposés par Landsbanki Luxembourg ont perdu la majeure partie de leur valeur. D'où les plaintes des particuliers, dont certains ont été ruinés, et qui accusent la banque d'avoir sciemment proposé le montage financier sans vérifier les capacités de remboursement des clients.