Selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA, le montant des crédits immobiliers accordés par les banques a encore enregistré un très fort recul en août. Sur les huit premiers mois de 2012, la chute est de 31,4% par rapport à la période correspondante de 2011.

Le timide espoir né du mois de juillet, avec une production de crédits en hausse de 9,7% sur le mois correspondant de 2011, a été vite douché par le mois d'août avec un plongeon de 29,6% par rapport à août 2011. Le total des prêts accordés est en recul de 24,2% en glissement annuel (septembre 2011-août 2012 par rapport à septembre 2010-août 2011) contre une progression de 17,4% à la même époque en 2011.

Durées moyennes en repli

Le paradoxe de cette situation réside dans le fait que le taux moyen des crédits immobiliers continue de baisser mais n'attire pas une clientèle qui craint pour son pouvoir d'achat. Ainsi les taux d'intérêt des crédits immobiliers se sont établis en moyenne à 3,51% en août contre 3,54% en juillet et 3,60% en juin, retrouvant leur niveau de janvier 2011. Ces taux d'intérêt reculent depuis mars et ne sont plus très loin de leur plus bas niveau historique (3,25% en moyenne) depuis 1945, atteint en novembre 2010.

« Depuis mars 2012, les taux ont perdu 44 points de base (0,44 point de pourcentage, ndlr) en six mois. Cette baisse s'accompagne d'une réduction des durées moyennes des prêts octroyés », souligne Crédit Logement, l'organe central de garantie des prêts pour le logement. Cette durée moyenne s'est établie à 206 mois en août contre 214 mois depuis le début de l'année 2011.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

25 à 30% de baisse sur 2012

Pour l'ensemble de l'année 2012, les crédits immobiliers accordés par les banques devraient être compris entre 110 à 120 milliards d'euros, soit une baisse de près de 25% à 30% par rapport à 2011 (160 milliards), loin du record absolu de 2007 (170,2 milliards). Ce renversement de tendance survient après une explosion de ces crédits depuis le début du siècle qui avait contribué à la bonne tenue du marché immobilier en France : 70,8 milliards en 2001, 87,3 en 2003, 143,7 en 2005 et 170,2 en 2007.