La Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim), la principale fédération d'agents immobiliers, a salué jeudi le maintien du Prêt à taux zéro + (PTZ+) qui n'a pas été affecté par le plan anti-déficit du gouvernement.

« En temps de crise, le marché de l'ancien ne peut pas se passer d'une incitation publique forte en faveur de l'accession à la propriété », a indiqué l'organisation présidée par René Pallincourt à propos du maintien du Prêt à taux zéro +. Toutefois, la Fnaim « regrette le renforcement, pas à pas, de la fiscalité des plus-values immobilières » car « la suppression de l'abattement de 10% par an à partir de la cinquième année de détention - qui permettra au gouvernement de réaliser un gain de 2,2 milliards d'euros en 2012 - est de nature à décourager les investisseurs ».

Le Snal et la CNL plus critiques

Autre réaction, celle de Pascale Poirot, la présidente du Syndicat national des aménageurs lotisseurs (Snal), qui regrette « l'augmentation de la fiscalité sur les ventes de terrains à bâtir, sans avoir préalablement permis le développement d'une offre plus importante, qui se traduira par un renchérissement du prix des terrains et donc des logements ». Afin de favoriser la mise en vente d'un plus grand nombre de terrains, le Snal demande, dans un communiqué, « que l'application de cette mesure soit différée pour les terrains nouvellement rendus constructibles ».

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Enfin, la Confédération nationale du logement (CNL), la principale organisation de locataires, estime qu'« augmenter le prix de certains produits de consommation ou picorer quelques recettes supplémentaires sur les plus-values immobilières, ce n'est pas cela qui restaurera la croissance ni l'équilibre des comptes publics ». « Plus grave, ce plan d'austérité prévoit de taxer davantage les conventions d'assurance, ce qui coûtera encore 1,2 milliard aux assurés », déplore la CNL dans un communiqué.