Le PDG de Cafpi, premier courtier français en crédits immobiliers, Maurice Assouline, a indiqué mercredi qu'une "enquête interne" allait être diligentée au sein de l'entreprise, à la suite de la mise en examen d'un de ses représentants dans un dossier d'escroquerie immobilière présumée.

"Je n'imagine pas un seul instant que notre fonctionnement ait pu être contraire aux obligations tant légales que morales", déclare Maurice Assouline, président-directeur général de Cafpi, dans un communiqué. "J'ai d'ailleurs immédiatement diligenté une enquête interne pour déterminer d'éventuels dysfonctionnements. J'attends de recevoir M. Elbaze afin de prendre des mesures adéquates. Je suis confiant", souligne M. Assouline qui ajoute : "D'après les propos qu'il m'a rapportés, le magistrat ne lui aurait pas interdit de poursuivre ses activités d'agent commercial pour Cafpi".

"Dans tous les cas, souligne M. Assouline, "M. William Elbaze doit, comme toute personne mise en cause dans une affaire judiciaire, bénéficier de la présomption d'innocence". William Elbaze, représentant de Cafpi, dans la région sud-est, a été mis en examen dans l'affaire Apollonia, une vaste escroquerie présumée aux investissements immobiliers défiscalisés.

Un préjudice estimé à plus d'un millard d'euros

Il s'agit de la 16e personne impliquée dans cette affaire, après cinq notaires, neuf responsables et secrétaires de la société de gestion de patrimoine Apollonia, basée à Aix-en-Provence, et un courtier cannois en crédits immobiliers. Cafpi servant de courtier à Apollonia. M. Elbaze a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée, faux et usage de faux, exercice illégal de la profession d'intermédiaire bancaire et abus de confiance.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Apollonia est soupçonnée d'avoir fait souscrire à ses clients des placements défiscalisés dans l'immobilier locatif (meublés) en leur promettant qu'ils seraient financièrement neutres. Mais les investisseurs ont dû faire face à des remboursements beaucoup plus importants que prévu, le montant total du préjudice étant estimé à plus d'un milliard d'euros.