En cas du décès du locataire, le bail est automatiquement transféré aux descendants qui vivaient avec lui. Et ce, sans procédure supplémentaire.

Le locataire n'a pas à saisir la justice pour faire reconnaître son droit de demeurer dans les lieux, a énoncé la Cour de cassation le 28 septembre dernier, contrairement à ce que soutenait un office HLM.

Cependant, ce transfert automatique du bail ne se réalise que si le nouveau titulaire remplit les conditions d'attribution et si le logement est adapté à la taille du ménage. Pour se maintenir dans les lieux, ce nouveau locataire devra ainsi prouver qu'il remplit les conditions de ressources et que, malgré le décès, le logement n'est pas devenu trop grand au regard du nombre d'occupants.

Un office de HLM, qui n'avait pas été informé du décès d'un locataire survenu quatre ans plus tôt, reprochait au fils qui était demeuré dans les lieux, d'être un occupant sans droit puisqu'il n'avait fait aucune démarche pour se faire reconnaître nouveau titulaire du bail.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 13 contrats comparés

Mais ce n'était pas nécessaire, a jugé la Cour de cassation, puisqu'il était nouveau titulaire du bail par le seul effet de la loi de 1989 qui s'applique à tous les logements et régit les relations entre propriétaires et locataires. Par la suite il faudra vérifier s'il pouvait se maintenir dans les lieux.