Qu'ils soient propriétaires ou à la recherche d'un investissement locatif, de nombreux ménages se tournent vers l'immobilier en prévision de la retraite. Mais où investir ?

Préparer sa retraite, une préoccupation majeure pour les Français. Pour beaucoup, la fin de la vie active est synonyme de baisse de revenus. Pour éviter d'être trop impactés à la fin de leurs carrières, certains ménages peuvent donc souhaiter se tourner vers les investissements immobiliers.

D'après une étude publiée jeudi 12 mai par Meilleurs Agents, les propriétaires qui s'approchent de la retraite sont les principaux gagnants. En effet, « en 20 ans, les prix ont bondi de 172% en moyenne dans les 50 plus grandes villes de France et à Paris. » Ainsi, en 2002, un ménage avec des revenus médians pouvait s'offrir un logement de 61m2 dans les 51 plus grandes villes de France, moyennant un crédit à 20 ans et un taux d'effort de 33%.

Une plus-value confortable pour les propriétaires

Ce ménage qui vendrait aujourd'hui son logement acheté il y a 20 ans réaliserait une plus-value nette de 133 111 euros en moyenne. Les propriétaires de Lyon (259 277 euros de plus-value), Bordeaux (247 896 euros), Paris (233 663 euros), Villeurbanne (201 268 euros) et Mérignac (194 354 euros) sont ceux qui s'en sortent le mieux.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Mais pour les retraités de demain, l'investissement locatif peut également être un bon moyen de mettre de l'argent de côté. L'étude de Meilleurs Agents explique ainsi qu'en investissant « dans un studio de 20m2 qui s'autofinance pendant les 10 ans précédents la retraite, un ménage type pourra obtenir un complément de revenu mensuel moyen net de 235 euros dans les 51 plus grandes villes de France » au moment de son départ à la retraite.

SCPI, OPCI et fonds immobiliers de l'assurance vie : des performances globales autour de 4%

Et pour ce type d'investissement, pas besoin de beaucoup d'apport, selon Meilleurs Agents. À Saint-Étienne par exemple, un studio de 20m2 coûte en moyenne 27 706 euros, frais de notaire et d'agence inclus. Pour que le bien s'autofinance avec un crédit à 10 ans, l'apport à fournir est de 4 881 euros. Lors du départ à la retraite, l'investissement rapportera, sans compter le prix du bien, un complément de revenus mensuel net de 151 euros. Limoges, Le Mans, Metz et Nîmes complètent le top 5 des villes où les futurs retraités peuvent investir avec un faible apport.

Trouvez le meilleur taux immobilier