Selon le contrat souscrit, la hausse de 15% du tarif réglementé de vente du gaz au 1er janvier, coûtera entre 10 et 475 euros par an. Si vous vous chauffez au gaz et que vous cuisez vos aliments au gaz la hausse pourrait atteindre près de 20 euros par mois.

Voilà, c'est fini. Dès le 1er janvier, les prix réglementés de vente du gaz vont augmenter de 15% en France. Une première depuis la mise en place par le gouvernement du bouclier tarifaire au 1er octobre 2021. Autant dire une éternité sur une période où les prix du marché sont devenus fous : sans le gel des prix, le niveau moyen des tarifs réglementés du gaz aurait été supérieur de 122,1% TTC par rapport au niveau en vigueur actuellement.

Malgré ce coup de pouce couplé aux différents chèques énergie poussés par le gouvernement, la flambée des prix de l'énergie a pesé sur le pouvoir d'achat des ménages, amputé de 720 euros en moyenne entre janvier 2021 et juin 2022, selon une étude de l'Insee. Une situation qui ne va pas s'arranger en janvier 2023 puisque que la Commission de régulation de l'énergie (CRE) a publié ce mardi les hausses à venir du gaz. Celles-ci sont échelonnées entre 5,85% (Base, usage cuisson et consommation inférieure à 1 000 kWh par an) et 15,3% (B1 ou usage cuisson, eau chaude et chauffage) en moyenne.

Les premiers cités verront leur facture annuelle passer de 171 à 181 euros quand les seconds vont voir la leur augmenter de 222 euros par an, soit 18,50 euros par mois. Au total, il faudra donc débourser 1 675 euros avec ce type de contrat, soit plus de 139 euros par mois.

Au milieu, les foyers de catégorie B1 (cuisson et chauffage de l'eau) voient le prix de leur tarif réglementé grimper de 10,51% en moyenne quand les petites copropriétés dont la consommation annuelle est comprise entre 30 000 kWh et 150 000 kWh seront augmentées de plus de 16,92%. La hausse annuelle est respectivement de 39 euros et de 475 euros.

La fin des tarifs réglementés en ligne de mire

Malgré cette hausse, si vous êtes aux tarif réglementé, ne changez pas forcément d'offres, car, contrairement à l'électricité dont les 15% de hausse seront effectifs en février, la marche arrière sera impossible. En effet, le tarif réglementé du gaz va disparaître au 30 juin 2023, sauf si le gouvernement intervient.

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

La fin des tarifs réglementés du gaz va concerner directement, 2,8 millions de foyers selon CRE mais un total de 7 millions de clients si l'on ajoute ceux qui ont signé un contrat en offre de marché, indexé sur les tarifs réglementés. L'Etat envoie actuellement des courriers pour prévenir les clients mais il est conseillé de ne pas en tenir compte.

Facture de gaz : le gouvernement doit-il empêcher la fin du tarif réglementé pour protéger les ménages ?