En théorie, en juin 2022, les prix réglementés du gaz devraient bondir de près de 50% par rapport à octobre 2021. Mais en pratique, le bouclier tarifaire mis en place par le gouvernement protège les consommateurs. Pour combien de temps ?

Vertigineux. Ce mercredi, la Commission de régulation de l'énergie a fait savoir que les tarifs réglementés du gaz, au regard de la formule de calcul en vigueur, auraient dû augmenter de 54% hors taxe au 1er juin, ou 48,70% TTC, par rapport au niveau en vigueur depuis le 1er octobre.

Bonne nouvelle pour les millions de consommateurs dont le contrat de gaz est soumis aux tarifs réglementés, ou indexés sur son évolution, ces derniers ne vont pas augmenter. En effet, depuis début novembre ils sont gelés par le gouvernement. Dans le contexte de flambée des prix de l'énergie, exacerbée par la guerre en Ukraine, les pouvoirs publics ont mis en place une mesure radicale : le blocage des tarifs. Une décision qui, à l'origine, devait s'arrêter au 30 juin 2022. Mais la semaine dernière, l'exécutif a fait savoir qu'il prolongerait cette mesure jusqu'à la fin de l'année.

Prime Macron, chèque alimentaire... Ce qui va bientôt changer pour votre pouvoir d'achat

La fin programmée du tarif réglementé du gaz

De quoi protéger les consommateurs des soubresauts des marchés des matières premières. Mais pour combien de temps encore ? En effet, le tarif réglementé du gaz (TRV) est censé disparaître au 30 juin 2023. D'ailleurs, d'ici la mi-juin, l'État va adresser un courrier aux 2,8 millions de ménages encore abonnés au tarif réglementé du gaz pour leur suggérer de quitter leur contrat et de souscrire à la place une offre de marché. Une démarche qui fait bondir l'association CLCV.

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

« Nous recommandons aux consommateurs concernés de ne pas tenir compte de ce courrier et de rester au tarif réglementé du gaz. Dans le chaos actuel de l'énergie, ce contrat est le seul qui est assurément lié au bouclier tarifaire et offre donc une compétitivité et une sécurité inégalable pour les mois à venir, explique la CLCV. En substance, c'est grâce à l'existence de l'outil TRV gaz que le gouvernement a pu très vite installer en pratique un bouclier tarifaire. Comparativement, les consommateurs de fioul domestique, où il n'existe pas de TRV, n'ont pas bénéficié de cette protection et ont été exposés aux grands vents du marché. »

économisez sur votre facture d'énergie