Avec la guerre en Ukraine, le prix du gaz en France et en Europe a augmenté encore plus drastiquement que prévu depuis début 2022. En conséquence, les fournisseurs de gaz se voient contraints de résilier certains contrats avec des clients qui avaient souscrit une offre à prix fixe.

De plus en plus de fournisseurs de gaz résilient des contrats à prix fixe souscrits par des clients particuliers, constate RMC. En effet, l'augmentation des cours du gaz depuis le début de la guerre en Ukraine a totalement boulversé la situation économique pour les fournisseurs d'énergie.

Une vingtaine d'entre eux a donc commencé à résilier ces contrats qui plombent leurs finances. Ils sont en effet contraints d'acheter le gaz à un prix très élevé, mais les prix fixes des contrats les empêchent de répercuter cette hausse sur la facture des clients. Ils vendent donc à perte.

Des clients contraints de trouver un autre fournisseur

En avril, GreenYellow, la filiale de Cdiscount, a informé ses clients qu'elle ne pourrait plus honorer le contrat souscrit. Faute de feu vert de la part des autorités françaises, elle n'a cependant pas pu couper le gaz chez ses clients. De son côté, Antargaz a indiqué qu'il ne renouvellerait pas les contrats à prix fixe arrivés à échéance. Cela concerne 500 clients pour les mois de mars et avril.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Les clients concernés doivent se tourner vers un autre fournisseur, avec une hausse des coûts inévitable. Pour un foyer de 4 personnes chauffé au gaz, la facture pourrait atteindre 1 700 à 2 500 euros par an, calcule RMC. En France, quatre millions de foyers ont souscrit aux tarifs réglementés du gaz, qui resteront plafonnés jusqu'à fin 2022. Ils ne disparaîtront qu'au 1er juillet 2023.

Electricité et gaz : faut-il modifier son contrat avant 2023 ?