Entre flambée des factures d'électricité et poussée pour une énergie plus vertueuse et écologique, les panneaux solaires ont le vent en poupe en cette fin d'année 2021. Mais se lancer dans une telle installation est-il aussi rentable pour le porte-monnaie que pour la planète ?

+21,6% selon l'Insee : les prix de l'énergie ont explosé en un an. Face à une situation qui devrait perdurer malgré les gels décidés par le gouvernement, « l'intérêt des ménages pour le solaire est en expansion » en France, insiste Marie Buchet, du syndicat énergie renouvelable (SER). Interrogé par MoneyVox, Enedis recensait 370 000 installations début 2018, 410 000 en mars 2020 et très exactement 514 722 au 3 décembre 2021. Ensemble, elles produisent 2,5% de la consommation électrique française, selon RTE. Effy, qui accompagne les particuliers dans leurs travaux de rénovation énergétique a noté « des pics de simulations en octobre et en novembre alors que l'hiver n'est pas généralement la période la plus propice » aux recherches d'informations sur le solaire de la part des consommateurs.

Habituée à orienter ses clients dans leurs démarches administratives, Audrey Zermati, directrice de la stratégie de l'entreprise, promet « une baisse de 40% sur la facture énergétique » annuelle, évaluée pour un ménage à 1 602 euros par an selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE) pour un ménage, soit un gain de 650 euros par an.

650 euros, vraiment ?

Avant de tirer des plans sur la comète, de quoi parle-t-on exactement ? Faut-il revendre sa production ou la partager ? Première chose : quelle différence entre les panneaux solaires (thermiques) et les panneaux photovoltaïques ? Un panneau solaire transforme l'énergie solaire en chaleur. On l'utilise pour avoir de l'eau chaude (robinet, douche) et pour certains cas de chauffage domestique. Un panneau photovoltaïque transforme la lumière du soleil en électricité.

Electricité : faire des économies sur ma facture

Dans le premier cas, l'utilisation de la production est personnelle et l'installation raccordée directement à la chaudière. Celle-ci présente la production des panneaux thermiques du logement en miroir de la consommation traditionnelle. « En hiver, le gaz assure le chauffage de notre maison de 105m2 et le solaire assure une partie de l'eau chaude sanitaire, explique Benoît à MoneyVox. En été, le schéma est totalement inversé : sans usage du chauffage, le solaire thermique assure 70% de l'eau chaude chaque jour en moyenne » et quand il fait beau. Selon un expert sollicité par MoneyVox, le gain est limité, car lié à la saisonnalité, et l'intérêt est plus écologique qu'économique.

Chaudière solaire
Un écran de chaudière connectée à une installation solaire

Au moment de faire ses calculs, il faut tenir compte du fait que vivre dans le Finistère n'aura pas le même effet que vivre dans le Var. Les écarts peuvent même être du simple au double.

Une installation à partir de 7 650 euros pour du solaire

Il reste conseillé de passer par un professionnel agréé, mais les panneaux solaires sont proposés lors de la construction de logement neufs et peuvent s'acquérir également dans des magasins type Leroy Merlin ou Castorama. A partir de 7 650 euros, le premier distributeur avance une baisse annuelle « jusqu'à 50% sur le prix de vos factures électriques » sans en préciser le détail qui dépend du cas par cas.

Les aides de l'Etat sont limitées même si le changement de chaudière peut donner droit au dispositif MaPrimeRenov'.

Des panneaux photovoltaïques sur le toit des bureaux

La loi Climat et résilience votée en septembre dernier, autorise « l'installation de panneaux photovoltaïques dans une zone en friche » et « soumet les bâtiments publics (hangars, entrepôts, grandes surfaces, etc.) de 500 m2 ou plus, et les bâtiments de bureau de 1 000 m2 ou plus, nouvellement construits ou rénovés, à l'obligation d'équiper au moins un tiers de la surface de leurs toits d'une couverture solaire ou végétalisée. » Ces dispositions entreront en vigueur en 2024.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

Le choix du photovoltaïque

Avec des panneaux photovoltaïques, les ménages ont deux options. Ils peuvent soit consommer leur production et vendre le surplus non utilisé à EDF ou revendre l'intégralité leur énergie solaire. « Dans le cadre de l'autoconsommation avec revente de surplus, vous bénéficiez d'une prime à l'investissement, qui va de 280 à 380 euros par kWc (pour kilowatts crête, l'unité de mesure du photovoltaïque) installé et d'un tarif de rachat de l'électricité garantie pendant 20 ans », précise LeroyMerlin. Vrai ? La prime à l'investissement est versée pendant les cinq premières années qui suivent l'installation. Pour en profiter, votre installation devra avoir été montée par un artisan reconnu garant de l'environnement (RGE). Il pourra aussi vous facturer une TVA réduite à 10%.

« En 2015, EDF me rachetait mon électricité 32 centimes d'euros le kWh. Mes gains étaient importants et les installations rares, explique madame Ferbos à MoneyVox. En 2019, j'ai installé une seconde vague de panneaux, l'offre était à 19 centimes d'euros par kWh. » Aujourd'hui, EDF rachète 10 centimes d'euros le kWh injecté dans le réseau mais le gain reste supérieur à l'autoconsommation complète ( 12 000 ménages raccordés sur 514 000, selon le Think Tank France Territoire Solaire) car il est difficile de produire plus de 30% de ses besoins pour un client lambda, bénéficiant d'une installation sur son logement, estime la structure.

Rentable au bout de 9 ans

Tout passe par le compteur Linky, explique Enedis à MoneyVox. Mais, « une réduction de facture est évidemment à mettre en regard notamment de l'investissement initial réalisé. C'est donc un paramètre que chacun doit évaluer selon sa situation et son installation ». De plus, il reste obligatoire de souscrire un abonnement avec un fournisseur d'énergie. Le premier prix d'une installation photovoltaïque coûte environ 9 000 euros pour une production de 3 kWc. Autre méthode de calcul soufflée à MoneyVox : comptez environ 1 000 euros par mètre carré de toiture recouverte.

« Avec 300 jours de soleil par an dans les Hautes-Alpes, mon installation me permet de gagner 25% par an sur ma facture et de percevoir 400 euros par an de prime pour un investissement de 7 000 euros », affirme monsieur Danjou à MoneyVox. Sur la base de la facture annuelle moyenne d'électricité pour les particuliers établie par la CRE, le gain annuel est de 800 euros par an et l'installation est donc rentable au bout de 9 ans. Une rentabilité stable depuis plusieurs années selon MoneyVox mais aussi Que Choisir qui souligne un écart allant de 4 à 6 ans entre les régions du Nord et du Sud de la France (de 8 à 14 ans) avant de s'y retrouver financièrement.

Financement solaire
Tableau de l'offre solaire Effy

Frais d'installations, montant des primes... les personnes intéressées doivent aussi intégrer au calcul la maintenance (onduleur, nettoyage) qui assure un bon fonctionnement de l'installation ainsi que le tarif d'utilisation du réseau public d'électricité (environ 40 euros par an) ou encore les intérêts d'un éventuel crédit, comme le propose Effy dans ses offres ci-dessus. « Je loue des vélos électriques que je recharge grâce aux panneaux, souligne pour l'anecdote monsieur Danjou. Je sens un intérêt des clients pour cette énergie propre. » Le gain écologique semble encore en 2021 un meilleur argument de vente que le gain économique.