Achats compulsifs, consommation d’alcool, dépenses excessives de jeu… Le banquier pourrait bien vous refuser un prêt immobilier à la rentrée si votre carte bancaire chauffe un peu trop fort cet été.

Méfiez-vous de votre CB ! Alors que la saison estivale bat son plein, faites attention à vos dépenses si vous avez le projet de demander un crédit immobilier à la rentrée. Dans une note publiée ce lundi, Vousfinancer avertit des risques encourus. « Il est certain que les Français ont besoin cet été de se changer les idées et de profiter de la vie. Après plusieurs mois de privations, et moins de dépenses que d'habitude, la tentation pourrait être grande de dépenser sans compter ! Mais pour ceux qui ont un projet immobilier à la rentrée ou même cet automne, ce comportement de cigale pourrait conduire à une défiance des banques et à un refus de crédit au motif que les comptes sont à découvert ou mal tenus. Dans ces cas-là, il faudra décaler le projet d'achat de quelques mois, le temps d'avoir à nouveau des relevés de compte plus conformes à leurs attentes... » indique Julie Bachet, directrice générale de Vousfinancer.

Ces mauvaises dépenses qui bloquent votre prêt

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

En effet, pour un dossier de crédit en septembre, il faudra fournir les relevés bancaires des mois de juin, juillet et aout, période où traditionnellement les dépenses flambent ! « Or les banques vont étudier méticuleusement chacune des lignes de vos relevés de compte et pourraient ainsi sanctionner des dépenses excessives de jeu ou de consommation d'alcool. Attention aussi aux dépenses spontanées et excessives qui pourraient conduire à des découverts bancaires... » signale le courtier.

Trouver le meilleur taux immobilier

3 conseils pour préparer son dossier de prêt pour la rentrée

  • Eviter de piocher dans votre épargne. Les banques demandent au moins 10% d'apport pour financer les frais liés à l'achat immobilier (frais de notaire, de garantie...). Mais en avoir davantage permet d'obtenir un taux encore plus attractif, de l'ordre de 0,10 à 0,20% de moins ! « Alors mieux vaut être fourmi que cigale, et laisser ses comptes épargne bien garnis ! » explique Vousfinancer.
  • Anticiper la préparation de son dossier. Profitez de la période estivale pour rassembler les documents nécessaires au dossier de prêt.
  • Attention à un éventuel surcoût de l'assurance emprunteur. « En fonction du montant que vous empruntez mais également de votre état de santé, il est possible que la banque ou l'assureur vous demande de réaliser des analyses médicales », indique Vousfinancer. Or celles-ci « pourraient trahir les excès que vous aurez faits durant l'été... Ce n'est pas le moment de faire grimper votre taux de cholestérol ! »

Jusqu'à 50% d'économie sur votre assurance de prêt