Plan du site Rechercher

Crédit immobilier : à qui profite la baisse surprise des taux ?

Baisse taux livret jeune
© Ahapen - stock.adobe.com

Au vu des premiers barèmes transmis aux courtiers, les taux d’intérêt vont baisser en juin. Mais les vannes du crédit immobilier ne sont pas, pour autant, rouvertes.

La remontada des taux d’intérêt est-elle déjà de l’histoire ancienne ? La question se pose car, après 2 mois de hausse, plusieurs banques ont abaissé leurs taux immobiliers de 0,05 à 0,40%.

Selon Vousfinancer, ces baisses concernent une dizaine d’établissements, principalement des caisses régionales ou des banques en ligne, qui, durant le confinement, avaient augmenté leur taux d’emprunt pour limiter l’afflux des emprunteurs. Pour Frank Roullier, président d'Empruntis, il s'agit donc moins d'une tendance de fond « qu'un repositionnement des banques probablement dans le but de générer de la volumétrie ».

Les taux d’emprunt moyens dans les banques pour juin 2020

  • Sur 15 ans : 1,18% d’après Meilleurtaux, 1,20% selon Vousfinancer, 1,15% selon Empruntis
  • Sur 20 ans : 1,36% d’après Meilleurtaux, 1,40% selon Vousfinancer, 1,35% selon Empruntis
  • Sur 25 ans : 1,59% d’après Meilleurtaux, 1,60% selon Vousfinancer, 1,60% selon Empruntis

Taux moyens constatés par les réseaux de courtage, sur la base des barèmes fournis par les banques

Rattrapage ou reprise ?

« On est déjà presque à la moitié de l’année, les banques ont donc tout intérêt à être attractives pour capter les emprunteurs, nombreux en cette reprise du marché post-confinement », analyse Sandrine Allonier, porte-parole de Vousfinancer. Alors que durant le confinement, 160 000 transactions immobilières n’ont pu aboutir, d’après les estimations de Meilleurs Agents, le marché a repris sur les chapeaux de roue depuis la mi-mai. En atteste la forte hausse des signatures de promesses de vente, 4 fois plus nombreuses aujourd’hui qu’à la mi-avril, souligne ce portail d’annonces immobilières.

« La demande est clairement de retour, mais correspond à un rattrapage, c’est-à-dire à tous les projets qui ont été stoppés nets le 17 mars, date du début du confinement, nuance toutefois Maël Bernier, directrice de communication du courtier Meilleurtaux. Nous verrons dans le courant de l’été et à la rentrée si les Français font de nouveaux projets ». Nous verrons également si les banques se montrent un peu moins sélectives dans le choix des emprunteurs.

A lire aussi : Pourquoi la banque risque de refuser votre prêt immobilier

Des taux plus bas mais aussi plus sélectifs

En effet, les baisses de taux constatés ce mois-ci par les courtiers s’adressent en priorité aux ménages ayant un excellent profil, dont les revenus mensuels dépassent 6 500 à 7 000 euros, illustre Vousfinancer. « Pour les dossiers qui présentent les meilleures garanties, il est possible de négocier des taux plus attractifs, inférieurs à 1%, sur des durées d’emprunt allant de 7 à 15 ans », assure de son côté Empruntis.

En outre, avec le ralentissement de l’activité économique et la hausse du chômage, « certaines banques sont plus enclines à privilégier leurs clients, du fait d’une meilleure visibilité en matière de risque, et sont en revanche réticentes à prendre de nouveaux clients, exceptés certains profils sécurisés », observe le courtier Emprunt Direct.

Cette sélectivité accrue ne résulte pas uniquement des conséquences économiques de l’épidémie de coronavirus. Elle fait surtout suite aux recommandations du Haut conseil de stabilité financière (HCSF), présidé par le ministre de l’Economie et des Finances, de limiter à 33% maximum le taux d’endettement des emprunteurs et à ne pas accorder de prêts sur plus de 25 ans. Des critères que les banques respectent, mais qui font que des demandes de financement autrefois acceptées facilement sont aujourd’hui refusées.

Retrouvez notre comparatif de taux de credit immobilier

Partager cet article :

© MoneyVox / MEF / Juin 2020

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox