Prêt immobilier : « les banques pratiquent le crédit responsable », assure la FBF

  • MoneyVox avec AFP
  • ,
  • 1 commentaire
crédit immobilier, prêt immobilier, taux d'intérêt
© Freedomz - stock.adobe.com

Les banques françaises pratiquent le « crédit responsable » et sont soucieuses de la protection de leurs clients, a assuré vendredi la Fédération bancaire française, après que les autorités ont demandé aux banques de limiter leur offre face pour éviter une surchauffe du crédit immobilier.

« La profession tient à rappeler que les banques pratiquent le crédit responsable, c'est-à-dire qu'elles prêtent selon des capacités de remboursement raisonnables et dans un souci de protection de leurs clients », affirme la fédération dans un communiqué. La profession explique toutefois partager « la nécessité d'éviter tout surendettement », et souligne plus particulièrement que « le taux d'effort s'analyse au cas par cas, en fonction de la situation individuelle de l'emprunteur », est-il ajouté. La fédération « note qu'une recommandation détaillée suivra dans les prochains jours. Elle l'analysera pour en apprécier l'impact sur le crédit immobilier en France », poursuit le communiqué.

Le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), qui rassemble notamment le ministère de l'Economie et la Banque de France, a recommandé jeudi aux banques de ne pas octroyer de crédit immobilier sur plus de 25 ans. Il leur demande aussi de ne pas accepter de dossiers dans lesquels les remboursements représenteraient plus d'un tiers des revenus du ménage. Ces annonces marquent un tournant pour les autorités financières, qui affichaient jusqu'alors leur sérénité face à un marché français du logement en plein essor.

Les taux à un plancher historique

Celui-ci profite de conditions de crédit extrêmement favorables, elles-mêmes alimentées depuis des années par la politique interventionniste de la Banque centrale européenne (BCE), qui pratique des taux nuls voire négatifs. Les taux des crédits immobiliers français sont eux-mêmes à leur plancher historique, à guère plus de 1%. C'est, grosso modo, semblable à l'inflation, ce qui revient presque à dire que l'on peut gagner du pouvoir d'achat en empruntant.

Les durées de remboursements s'étalent fréquemment sur des décennies et le montant total des sommes empruntées a dépassé l'an dernier la barre des 1 000 milliards d'euros. Ces conditions historiques contribuent à porter le marché du logement à incandescence : le nombre annuel de transactions vient de passer le million dans l'ancien et les prix augmentent régulièrement depuis 2015. Dans ce contexte, les autorités financières se préoccupent maintenant ouvertement du degré d'endettement des ménages en matière de crédit immobilier.

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.

Commentaires

Me prévenir en cas de nouveau commentaire
Publié le 14 décembre 2019 à 12h08 - #1Djack
  • Homme
  • Essonnes

Oui, les taux historiquement bas peuvent sembler une opportunité pour les candidats à l'accession à la propriété (ou aux investisseurs immobiliers), cependant l'argument "inférieur" à l'inflation est assez fallacieux:
a/ effectivement, en comparant aujourd'hui les taux pratiqués , ils sont effectivement sensiblement de l'ordre, voire inférieurs au chiffre officiel de l'inflation, mais pour comparer des "pommes à des pommes", il faut intégrer le coût de l'assurance de ces prêts.
b/ les taux bas ont pour corolaire de faire monter les prix de l'immobilier... ceux-ci s'alignant plus dans la réalité sur la capacité de remboursement des emprunteurs que sur la valeur réelle des actifs , et donc sont eux même inflationnistes.

Trouvez-vous ce commentaire utile ?

Ajouter un commentaire