Le « courtier gratuit », c’est fini ! Depuis quelques semaines, et de façon progressive jusqu’à la fin 2017, les agences Immoprêt abandonnent la gratuité pour des honoraires avoisinant parfois les 1 000 euros. Explications de Jauffrey Ianszen, nouveau porte-parole de l’enseigne.

Confirmez-vous avoir instauré des honoraires, de 0,60% du montant emprunté, à la place de la gratuité pour l’emprunteur ?

Jauffrey Ianszen : « Oui. Après avoir interrogé l'ensemble de nos clients nous avons décidé de renforcer notre serv​ice. Nous proposons désormais pour notre clientèle ''une solution personnalisée pour votre crédit en 60 minutes chrono''. Nos conseils couvrent à la fois le courtage en crédits immobiliers mais aussi l’assurance emprunteur et le regroupement de créances. Nous cherchons à apporter une réponse globale à nos clients, en agence, en jugeant la faisabilité du projet et en proposant de finaliser la demande de crédit immobilier en une heure. C’est la volonté de répondre en temps réel sur l'ensemble des besoins du client qui explique que nous soyons effectivement passé du tout gratuit aux honoraires de 0,60%. »

cBanque a dressé le panorama des honoraires et commissions des courtiers en 2015. Vous figuriez parmi les seuls réseaux physiques à afficher la gratuité. Etait-ce intenable économiquement ?
« Avec des honoraires à 0,60%, nous restons parmi les courtiers physiques les moins chers du marché »

J.I. : « Oui. Nous sommes parvenus à tenir ce concept pendant 10 ans, et cela ne nous a pas empêché de nous développer. Notre réseau compte aujourd’hui plus de 90 agences sur tout le territoire ! Maintenant, pour pouvoir répondre à la demande des clients, nous avons investi massivement sur la formation des équipes, nos outils digitaux, le scoring et l'intelligence artificielle. Cela nous permet de dire ''en 60 minutes chronos on va vous trouver un financement'', ou non. Les clients sont immédiatement fixés. Enfin, avec des honoraires à hauteur de 0,60% du montant financé, nous restons parmi les courtiers physiques les moins chers du marché : cela représente le plus souvent 750 à 1 000 euros. »

Percevez-vous toujours, comme la plupart des courtiers, une commission de 1% du montant emprunté de la part de la banque ?

J.I. : « Oui, le commissionnement perdure. »

Cette évolution tarifaire concerne-t-elle toutes vos agences ?

J.I. : « Notre réseau de 90 agences se compose aujourd’hui pour moitié de succursales et pour moitié de franchises. Concernant ces tarifs, nous ne pouvons donc pas mener une évolution de façon unilatérale. Nous avons commencé au 1er juin. Cette procédure devrait aboutir avant la fin 2017. »

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur
Faute de gratuité, les emprunteurs ne seront-ils pas tentés par les courtiers en ligne, qui ne facturent pas d’honoraires ?

J.I. : « Certains clients peuvent tout faire en ligne, certes, mais beaucoup d’emprunteurs ont besoin d’un accompagnement, d’échanger en direct. Je pense que nous ne sommes pas sur le même marché que les courtiers en ligne. Je ne les vois pas comme des concurrents directs. Pour preuve, le courtage en ligne a surfé sur la vague de renégociations en 2016, alors que les rachats et renégociations n’ont représenté que 15% de nos dossiers l’an passé, et 12% sur le début d’année 2017. Nous, notre premier canal de contact avec les clients, c’est la prescription immobilière : 60% de nos nouveaux clients arrivent suite à une recommandation par les promoteurs ou agences immobilières, à l’occasion de leur rechercher d’un bien à acquérir. »

Le marché du courtage en crédit est en phase de concentration, la dernière preuve étant le rachat de Vousfinancer par Assu 2000, début juillet.
« Il n’y aura pas de fusion » entre Immoprêt et Empruntis

J.I. : « Il y a effectivement une volonté de consolider le marché. Mais c'est aussi la réglementation qui nous l'impose, suite à une directive européenne (MCD) qui crée de nouvelles obligations de formation, ​d'harmonisation des process notamment. Nous devons mettre à jour les connaissances de nos collaborateurs sur le prêt immobilier, l’assurance emprunteur, etc. Cette harmonisation européenne incite les courtiers à se regrouper. »

Depuis plus d’un an, vous faites partie du même groupe qu’Empruntis (1). Des synergies sont-elles envisageables ?

J.I. : « Non. Cela a été très clair dès le départ : il n’y aura pas de fusion de ces deux marques ! Nous n’avons pas l​a même cible ​clients : Empruntis​.com​ est sur un modèle en ligne, nous sur un modèle de courtage en agence. ​Et Empruntis l'agence est un réseau physique de franchisés. »

Des taux de crédit immobilier « stables » jusque fin 2017

« Le sentiment, au sein des établissements bancaires, c’est qu’il ne faut plus s’attendre à une forte hausse d’ici la fin de l’année 2017 », affirme Jauffrey Ianszen, interrogé sur l’évolution des taux immobiliers. « Ils devraient rester globalement stables, et donc très bas, jusque fin 2017. Aucun indicateur conjoncturel ne pousse à la hausse, et les banques veulent toujours capter des clients à l’aide du prêt immobilier. »

(1) Immoprêt a été racheté en mars 2016 par la Financière Holding CEP (Compagnie européenne de crédit). Cette même Financière Holding CEP avait déjà racheté Empruntis en décembre 2015.