Après trois années de baisse, le crédit à la consommation a réussi à inverser la tendance en France en 2014, explique Crédit Agricole Consumer Finance (CACF) dans son traditionnel panorama européen. Mais la rentabilité du secteur reste sous pression.

1% : la hausse est modeste, mais réelle. Après un creux en 2011, 2012 et 2013, les encours de crédit à la consommation ont renoué avec le croissance en France en 2014, pour atteindre 148 milliards d’euros. Un renouveau porté par le « rebond des prêts personnels non-affectés et surtout par la bonne performance du financement automobile », détaille CACF. Le crédit auto représente en effet les deux tiers du volume de prêts affecté. La location avec option d’achat (LOA) confirme qu’elle est définitivement entrée dans les mœurs en France : elle a progressé de 16% en 2014. A l’inverse, le crédit renouvelable, dont la distribution a été plus strictement encadrée par la réglementation, poursuit son déclin : -1,8%.

Pour autant, la production de nouveaux crédits est resté très inférieure à ce qu’elle était avant la crise bancaire de 2008 : 20% en dessous du pic enregistré en 2007, explique CACF, qui estime que « le niveau de rentabilité du secteur est globalement sous pression (…) ». En cause selon la filiale du Crédit Agricole : les seuils de l’usure [taux maximum, calculés par la Banque de France, auquel un crédit peut être accordé] en baisse sensible et continue depuis 2011, « en particulier sur les crédits supérieurs à 3.000 euros ». Pour assurer son avenir, le secteur doit donc « s’adapter aux nouveaux modes de consommation qui émergent », conseille CACF, avec notamment l’émergence des formules locatives, du type LOA, et l’essor du commerce électronique et/ou mobile.

Dans la moyenne européenne

En matière de crédit conso, la France se situe dans la moyenne européenne, explique l’Observatoire. A mi-chemin entre les pays du Nord (Norvège, Danemark, Suède, Royaume-Uni, Allemagne), qui continuent à y avoir massivement recours, et les pays du Sud (Espagne, Italie, Portugal), qui s’en méfient.

Regroupez vos crédits! Jusqu'à -60% sur vos mensualités. Réponse en 48h

Avec un encours moyen par habitant de 2.244 euros (contre 2.100 euros en Europe), la France se situe ainsi très loin derrière la Norvège (5.500 euros) mais nettement devant le Portugal (1.200 euros).