Le nombre de dossiers déposés auprès des commissions de surendettement a baissé de 0,4% sur un an à fin mars, avec un endettement moyen en légère hausse au premier trimestre, à 41.000 euros, selon des données publiées mercredi par la Banque de France.

Entre avril 2014 et mars 2015 226.338 dossiers ont été déposés. Au premier trimestre, l'endettement moyen s'élève à 41.000 euros, en baisse par rapport aux trois derniers mois de 2014 (41.300 euros) mais en hausse sur un an (40.400 euros au premier trimestre 2014).

Les dettes financières (découvert, crédit à la consommation...) sont présentes dans 92,1% des dossiers, à hauteur de 5 dettes en moyenne par dossier. Parmi ces dettes, la part liée à des dettes immobilières est en hausse et concerne 12,9% des dossiers ce trimestre (contre 11,6% au 1T 2014). Le montant moyen des dettes immobilières s'élève à 107.400 euros. La part des dettes à la consommation diminue légèrement, représentant 84,6% des dossiers, tout comme celles des dettes liées aux crédits renouvelables (68,9%) et aux prêts personnels (46,8%). Les découverts et dépassements sont présents dans 58,3% des dossiers pour un encours moyen de 1.400 euros.

831.107 ménages en cours de désendettement

Globalement, au premier trimestre, l'endettement se composait pour 79,4% de dettes financières, pour 10,3% d'arriérés de charges courantes (loyers, factures d'eau ou de téléphone par exemple) et pour 10,3% d'autres dettes (chèques impayés, dettes professionnelles...). Parmi les dettes liées aux charges courantes, les dettes d'énergie et de communication et les dettes fiscales étaient présentes dans plus de la moitié des cas.

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Au total, 831.107 ménages étaient fin mars en cours de désendettement, c'est-à-dire ayant bénéficié ou étant sur le point de bénéficier de mesures destinées à remédier à leur état de surendettement, contre 812.000 en mars 2014.