Les 18-35 ans s’avèrent très mal informés sur l’assurance de prêt lors d’un achat immobilier selon un sondage April-Ifop publié aujourd’hui. 30% des jeunes pensent notamment qu’elle est facultative et une large majorité en sous-estime le coût.

Moins de 5.000 euros pour un emprunt de 150.000 euros sur 20 ans. C’est le coût de l’assurance de prêt selon 70% des jeunes sondés (1) par l’institut Ifop. Une facture clairement sous-estimée. Dans son communiqué, April se base sur les données de l’observatoire BAO de l’assurance des crédits immobiliers 2013 pour avancer que « le montant moyen d’une assurance de prêt contracté en banque varie entre 5.520 euros et 12.600 euros » pour l’emprunt et la durée évoqués, le niveau de coût évoluant selon l’âge, la profession ou les habitudes de vie des emprunteurs. 21% des sondés estiment même que le coût de l’assurance pour les conditions évoquées serait inférieur à 1.500 euros au total.

Second indicateur de la méconnaissance de ce public : 30% des 18-35 ans pensent que l’assurance emprunteur est facultative pour un crédit immobilier. Pas totalement faux mais cela reste loin de la réalité comme le rappelle Roger Mainguy, directeur général d’April santé prévoyance dans le communiqué : « Aucun texte ne prévoit expressément que l’on doive souscrire une assurance de prêt lorsque l’on contracte un crédit immobilier. Pour autant, à moins d’un apport très conséquent par rapport au montant du crédit demandé, l’ensemble des banques demande de souscrire une assurance de prêt, pour protéger l’établissement bancaire mais aussi l’emprunteur lui-même, en cas de coup de dur. »

Économisez jusqu'à 50% sur votre assurance emprunteur

Les 18-35 ans, la cible de ce sondage, sont souvent concernés par le premier achat immobilier dans un futur ou passé proche. Selon l’Ifop 21% d’entre eux « envisagent d’acquérir un logement principal en 2015 », une proportion qui grimpe à 27% pour la tranche d’âge de 25 à 35 ans.

(1) Sondage réalisé par l’Ifop pour l’assureur April entre le 11 et le 16 février 2015, auprès d’un échantillon de 1.003 jeunes âgés de 18 et 35 ans, l’échantillon étant « représentatif de la population française » selon le communiqué d’April.