Plan du site Rechercher

Crédits : une proposition de « fichier positif » à nouveau rejetée à l'Assemblée

  • MoneyVox avec AFP
  • 1 commentaire
ardoise crédit
© herreneck - Fotolia.com

Les députés ont repoussé, pour la cinquième fois en dix ans, une proposition de loi visant à créer un répertoire national du crédit afin de lutter contre le surendettement.

Remettant sur la sellette la question du surendettement qui touche plus de 230.000 personnes en France, Jean-Christophe Lagarde, porte-parole des députés UDI, a plaidé pour la création d'un fichier national du crédit. « Les pays où existe un tel répertoire ont deux fois moins de surendettés qu'en France et on nous invite encore à attendre ! », a-t-il lancé.

Il a fait valoir que le chiffre des personnes surendettées est passé de 180.000 personnes en 2004 à 232.000 en 2011. Cette augmentation a même été de 6,5% entre 2010 et 2011. Le député-maire de Drancy (Seine-Saint-Denis) a dénoncé le lobby bancaire, BNP et Crédit agricole en tête, « mobilisé contre ce répertoire positif ».

Une loi au printemps ?

Benoît Hamon, ministre de l'Economie solidaire, a reconnu qu'un registre national du crédit serait « une protection pour le consommateur », « un pas dans la direction d'une plus grande responsabilisation des prêteurs ». Mais, a-t-il ajouté, « je ne soutiens pas votre proposition à cette étape (...) nous voulons traiter le surendettement dans sa globalité », a-t-il dit, renvoyant à deux textes qui seront présentés prochainement, le projet de loi bancaire et celui sur la consommation, au printemps.

Il a, à cet égard, indiqué que le répertoire du crédit « sera sans doute dans la loi sur la consommation mais sera alors entouré de toutes les garanties », notament celles relatives aux libertés publiques. Interrogé en février sur TF1 (« Parole de candidat ») à propos de ce répertoire national, François Hollande avait notamment déclaré : « Nous aurons à mettre en place ce mécanisme dans le respect du droit des personnes ».

Partager cet article :
Par la rédaction avec AFP

Reproduction interdite.

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox
Commentaires
Publié le 23 novembre 2012 à 12h30 - #1Compte anonyme

En vérité, ce qui est étonnant c'est l'obstination aveugle résultant d'une absence totale de réflexion des députés qui ressortent effectivement de temps en temps ce vieux serpent de mer du fichier positif ! Et toujours avec les mêmes mauvais arguments quand ils ne sont tout bonnement pas mensongers comme l'affirmation de Jean-Christophe Lagarde selon laquelle "Les pays où existe un tel répertoire ont deux fois moins de surendettés qu'en France (...)". C'est faux et archi-faux.

Le fichier "positif" est une vraie fausse bonne idée qui n'a comme seule mérite que de conférer à celui qui la défend l'image du défenseur des surendettés. C'est commode et on à pas à réfléchir !

Tout le monde, dans ma profession connaît mon opposition à cette usine à gaz liberticide et dispendieuse qui n'aura pas plus d'effet positif sur le surendettement en France qu'elle n'en a eue en Belgique qui s'en est doté, et les raisons objectives de cette opposition résolue.

Ce fichier qui, n'en doutons pas, sera appeler à métastaser (on y ajoutera les impôts, les loyers impayés, les factures d'assurance, d'énergie, etc.)et à en recouper d'autres, représente un grave danger pour les libertés individuelles sans aucune contrepartie pour les citoyens. A quand la puce sous la peau ?

Entre autres personnalités, car la question du fichier positif est très largement controversée dans le monde politique (la gauche à plusieurs reprises l'a rejetté), dans le monde associatif (associations de défense des consommateurs)et dans le monde économique, Monsieur Alain Bazot, Président de l'UFC Que Choisir ?, s'est également prononcé contre. Il rejoint également l'une de mes propositions, celle qui consiste à renforcer la vérification de la solvabilité d'un emprunteur au moyen de pièces justificatives: [lien bloqué]

Il semblerait que le qualificatif de "positif" accolé à ce fichier ne concerne que les entreprises qui le fabriqueront, en assumeront la maintenance et l'exploiteront. C'est un pactole et une manne attendus par Expérian, la multi nationale britannique qui est sur les rangs depuis longtemps. On peut également comprendre la position favorable de la majorité des banques en sachant qu'aujourd'hui les frais bancaires leur rapportent bien plus que les prêts qu'elles consentent aux particuliers. Alors le coût d'interrogation du fichier positif qui intègrera la marge de la banque sera une ressource appréciable de plus. C'est bien sûr le consommateur qui paiera ! Et, cerise sur le gâteau, dès sa mise en place les banques pourront proposer plus de crédits à ceux qui n'en ont pas assez à leur goût et du rachat de credit à ceux qui en ont trop !

J'invite ceux que la question intéresse à lire les nombreux articles que je lui ai consacrée et à consulter mon blog :[lien bloqué]

Francoise Fondadouze
Gérante Rainbow Finance
[lien bloqué]