Malgré des prix qui se maintiennent, voire augmentent légèrement dans certaines grandes villes, le pouvoir d’achat des emprunteurs urbains progresse, porté par la baisse des taux d’intérêt.

« C’est la première fois depuis 2010 que le taux moyen observé est sous la barre des 4% sur 20 ans », constate Maël Bernier, directrice de la communication d’Empruntis. Les baromètres régionaux du courtier, mis à jour le 16 juillet, affichent effectivement des baisses des taux moyens partout en France, et sur toutes les durées ou presque.

La hiérarchie entre les régions reste la même qu’en juin : les barèmes les plus bas concernent toujours le grand Ouest, avec un taux de marché sur 20 ans de 3,75%, en net repli de 0,25 point en un mois. Suivent le Sud-Ouest (3,85% sur 20 ans), le Nord et la Méditerranée (3,90%), Rhône-Alpes et l’Est (3,95%) et enfin l’Ile-de-France, qui est toujours la région la moins favorable aux emprunteurs, avec un taux moyen de 4% sur 20 ans. « Mais des décotes sont possibles, au cas par cas (…) » précise Maël Bernier.

Lille, capitale des taux bas

Ces décotes, accessibles aux emprunteurs disposant d’un bel apport et/ou d’une forte capacité d’épargne, poussent également les taux minimums vers le bas. C’est ce que constate un autre courtier, Meilleurtaux, qui compare chaque mois les taux les plus compétitifs proposés dans les 10 principales villes françaises. « A ce jour, à 3,30% sur 20 ans, les taux sont proches de leur plus bas niveau historique » constate Sandrine Allonier, responsable des études économiques. 3,30%, c’est ainsi le meilleur taux constaté à Lille en juillet. Mais d’autres villes se rapprochent de ce niveau, comme Toulouse et Nantes (3,35%), ou encore Strasbourg (3,40%).

Ces barèmes quasi-historiques permettent de compenser des prix au m2 toujours élevés, et qui augmentent encore dans certaines villes, comme à Lille (+70 euros le m2 au 1er juin par rapport au 1er mai), Nantes (+15 euros) ou encore Montpellier (+8 euros). Au final, le pouvoir d’achat immobilier (1) des emprunteurs urbains progresse dans sept des 10 villes observées par Meilleurtaux :

  1. Strasbourg (75 m2, +0,4 par rapport à juin)
  2. Toulouse (68,5 m2, +0,8)
  3. Marseille (68,3 m2, +0,6)
  4. Nantes (65,4 m2, –0,2)
  5. Lille (60,6 m2, –1,6)
  6. Bordeaux (58,7 m2, +0,8)
  7. Montpellier (58,6 m2, +0,1)
  8. Lyon (49 m2, +1)
  9. Nice (44,3 m2, –0,1)
  10. Paris (19,8 m2, +0,1)
Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

(1) Pour déterminer ce pouvoir d’achat immobilier, Meilleurtaux prend comme hypothèse le nombre de m2 pouvant être acquis dans chaque ville avec un prêt immobilier sur 20 ans et 1.000 euros de mensualité.