La bourse fait peur. La bourse séduit. La bourse intrigue. A en croire l'Autorité des Marchés Financiers (AMF), plus de 410 000 investisseurs ont fait leurs débuts sur les marchés financiers en 2020. Plus jeune, la nouvelle génération de boursicoteurs ne maîtrise pas toujours les codes de la finance. Pourtant, jouer en bourse ne s'improvise pas. Avant de vous lancer, voici ce que vous devez savoir.

1. Définir votre profil d'investisseur

Trackers, warrants, futures... La bourse est un monde à part, avec ses règles et son jargon. A première vue, la complexité des marchés financiers a de quoi intimider les boursicoteurs en herbe. D'autant que ces investissements présentent un fort risque de perte en capital. En cas d'erreur, la note peut s'avérer salée.

Pour espérer obtenir des rendements sur le long terme, la première étape consiste donc à comprendre le fonctionnement des marchés financiers, et à définir votre profil d'investisseur.

« L'investisseur doit se poser les bonnes questions, comme son objectif à terme, le risque qu'il est prêt à prendre, ses préférences en termes de produits, de secteurs, de zones économiques », explique Nicolas Chéron, stratégiste marchés chez Zone Bourse.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 350 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Mais attention : s'il existe une multitude d'actifs et de véhicules financiers plus ou moins complexes et risqués, mieux vaut faire simple lorsqu'on débute, et se tenir à l'écart des actifs spéculatifs.

« Certains courtiers s'adressent aux nouveaux investisseurs en leur faisant miroiter des performances exceptionnelles grâce à des effets de levier. Mais c'est un coup de poker, car en cas de chute des cours, les pertes sont également démultipliées. Les traders débutants ont tout intérêt à se cantonner aux actions classiques dans un premier temps », avertit Olivier Ravenel, fondateur d'un club d'investissement pour étudiants et professeur en économie-gestion au pôle supérieur Saint-Jean, à Salon-de-Provence, ainsi qu'à l'IUT d'Aix-Marseille.

Epargne : les moins de 25 ans investissent la bourse

2. Réussir votre première simulation boursière

Des actions, certes. Mais lesquelles ? Plus de 1 900 sociétés sont cotées sur Euronext, la principale place boursière de la zone euro. Sans parler des marchés internationaux.

« Il faut commencer non pas par suivre un formateur, un site de conseil ou même son meilleur ami, car chaque investisseur a un profil différent et doit faire ce qui lui ressemble », conseille Nicolas Chéron.

Même son de cloche pour Olivier Ravenel. « Je recommande souvent à mes étudiants de commencer par un investissement coup de cœur. L'idée, c'est de suivre l'évolution du cours d'une action qu'ils connaissent bien, et de tenter d'en comprendre les fluctuations ».

Pour ce premier exercice pratique, vous pouvez d'ailleurs passer par un portefeuille virtuel. Il existe en effet de nombreux sites grâce auxquels vous pouvez vous entraîner à boursicoter avec de l'argent fictif, comme Zone Bourse ou ABC Bourse, qui proposent aussi des interviews, des analyses, et les graphiques en temps réel de milliers d'actions.

Après plusieurs simulations, vous réalisez une majorité de trades gagnants et vous vous sentez prêt à vous lancer pour de vrai ? Passons dans ce cas à l'étape suivante.

Ces applications pour jouer avec la bourse

3. Choisir votre courtier

Pour investir sur le marché des actions, vous devez ouvrir un compte-titres ou un Plan d'épargne en actions (PEA) chez un courtier en bourse - ou broker. Ce dernier joue le rôle d'intermédiaire entre vous et les marchés. Chaque fois que vous souhaitez acheter ou vendre une action, il réceptionne votre ordre et s'assure de sa bonne exécution.

En contrepartie, le broker facture divers frais, dont les plus connus sont les frais de courtage, une commission prélevée sur chaque ordre que vous passez.

Les principaux frais des courtiers

  • Les frais de courtage
  • Les droits de garde
  • Les frais de retrait
  • Les frais d'inactivité
  • La commission de règlement différé

Toutes les banques traditionnelles proposent un service de courtage. Cependant leurs tarifs s'avèrent souvent prohibitifs. Résultat : une part croissante des investisseurs particuliers se tournent aujourd'hui vers les courtiers en ligne ou les « néo-brokers », réputés plus compétitifs.

Dans le cadre de son offre Bourse Essentiel, BNP Paribas facture par exemple 0,55% de frais de courtage pour 1 à 5 ordres sur les marchés européens. Pire, la banque précise qu'elle applique un montant minimum de facturation de 7,30 euros par ordre. Par contraste, le courtier en ligne DEGIRO se contente de prélever 0,04% pour chaque trade effectué.

Face à de telles disparités, il est important de comparer les offres. « Le choix du courtier joue énormément sur la performance finale de votre investissement », confirme Olivier Ravenel. Au-delà des coûts, il faut également regarder quels sont les marchés et les titres disponibles, afin de trouver une offre de courtage véritablement adaptée à votre profil d'investisseur.

Bourse en ligne : quel courtier choisir ?

4. Construire votre portefeuille

Une fois votre courtier choisi, il est temps de passer aux choses sérieuses. La construction d'un portefeuille équilibré est en effet la clé pour engranger des rendements sur la durée.

Mais concrètement, comment savoir si une action va prendre de la valeur ? Pour anticiper les variations des cours, vous devez vous intéresser à deux choses : l'économie en général, et l'entreprise en particulier.

Commencez donc par choisir quelques secteurs qui vous semblent porteurs. Puis déterminez pour chacun d'entre eux quelles sont les entreprises qui vous semblent les mieux armées pour développer leur activité.

Pour cela, place à l'analyse fondamentale. Intéressez-vous dans un premier temps aux profits que génère l'entreprise. Dans une certaine mesure, la valorisation boursière d'une entreprise reflète en effet sa capacité à dégager des profits.

Posez-vous les bonnes questions : est-ce que le chiffre d'affaires de l'entreprise augmente ? Les bénéfices suivent-ils ? Quid des coûts ? Le secteur est-il en croissance ? Tout le but de l'exercice consiste à estimer le potentiel futur d'une entreprise. Si celui-ci venait à se réaliser, sa valorisation boursière évoluerait en conséquence.

Dans un second temps, vous pourrez enrichir votre analyse en tenant compte d'autres indicateurs. Ces derniers peuvent-être quantitatifs, comme par exemple le niveau d'endettement de l'entreprise, ou bien qualitatifs : l'équipe de direction a-t-elle déjà fait ses preuves ?

Bourse : les entreprises du CAC 40 sont-elles à fuir ?

5. Développer vos compétences

Pour aller plus loin, les traders expérimentés ont dans leur arsenal des outils d'aide à la décision supplémentaires, tels que l'analyse technique, qui consiste à étudier les cours des marchés pour tenter d'anticiper leurs évolutions futures. Mais rassurez-vous : il n'est pas nécessaire de maîtriser toutes ces méthodes pour faire vos premiers pas en bourse.

« Il y a tellement d'éléments susceptibles d'impacter le prix d'une action... Pour anticiper les fluctuations des cours, il faut adopter une approche multicritères que seule l'expérience permet d'acquérir », souligne Olivier Ravenel.

Pour monter en compétence, continuez à vous former et à vous informer en permanence. La presse économique et les réseaux sociaux sont une manne d'informations pour l'investisseur débutant.

Veillez toutefois à bien choisir vos sources. « La vigilance est de mise concernant les groupes de discussions sur des chats privés ou se vendent des formations et des conseils par des personnes sans aucune certification », signale Nicolas Chéron.

Autre possibilité pour développer votre connaissance des marchés financiers, rejoindre un club d'investissement : une structure qui permet de mutualiser les risques, de prendre des décisions collectives et d'échanger avec d'autres investisseurs.

Pourquoi il est urgent d'enseigner la bourse aux jeunes

En résumé : les règles d'or pour investir en bourse

Avant de vous lancer, voici un récapitulatif des bonnes pratiques pour limiter les risques et mettre toutes les chances de votre côté :

  • Investissez uniquement dans ce que vous comprenez.
  • N'investissez que l'argent dont vous n'avez pas besoin à court-terme.
  • Diversifiez votre portefeuille.
  • Investissez progressivement pour lisser les performances et limiter l'impact des soubresauts du marché.
  • N'investissez pas plus de 10% de votre portefeuille sur des produits spéculatifs.