Pour la première fois en Europe, les utilisateurs de Trade Republic peuvent investir dans de vraies fractions d'actions ou d'ETFs à partir de 1 euro, et ce aux mêmes conditions de prix et de propriété qu'avec l'achat d'actions entières.

1 289 euros. C'est le prix auquel s'échangent actuellement les actions du géant du luxe Hermès. Un prix souvent prohibitif pour les petits porteurs souhaitant miser sur le développement de cette entreprise. Du moins jusqu'à récemment.

La bourse devient plus accessible

Car la plupart des néo-courtiers proposent aujourd'hui à leurs utilisateurs d'acheter des fractions d'actions à partir de quelques euros. « 1 euro, c'est tout ce qu'il vous faut pour miser sur LVMH ou Apple et devenir investisseur dans les entreprises les plus valorisées du monde, grâce aux actions fractionnées », promet par exemple Lydia.

Grâce à l'investissement fractionné, même les actions les plus coûteuses sont désormais à la portée de tous les budgets. Et il devient plus facile de diversifier son portefeuille. Une innovation bienvenue, puisque environ 25% des actions du CAC40 valent plus de 100 euros et 55% des actions du NASDAQ-100 dépassent les 100 dollars.

« Sachant que la capacité d'épargne mensuelle moyenne d'un ménage européen est de 300 euros, pour la plupart des gens, cela implique de choisir 1 à 2 actions par mois, quant un portefeuille diversifié nécessite un minimum de 12 à 15 titres, selon les spécialistes de l'investissement », indique Matthias Baccino, directeur général de Trade Republic.

Bourse : Trade Republic désormais disponible en version web et appli mobile

De vraies fractions d'actions

Sur papier, l'investissement fractionné a donc tout pour plaire. Pourtant, la technologie n'est pas parfaite. Bien souvent, lorsque vous achetez une fraction d'action, vous investissez en réalité dans un produit dérivé qui réplique son cours. Autrement dit, vous n'êtes pas véritablement propriétaire de l'action, ce qui peut soulever plusieurs problèmes.

« Vous n'avez aucun droit de vote, aucun droit direct et automatique de percevoir les dividendes », alerte par exemple l'AMF. Même si dans les faits, « Certains de ces instruments peuvent (...) vous donner droit à un versement périodique reflétant le dividende », reconnaît le gendarme financier.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Une difficulté que Trade Republic a réussi à surmonter. Le néo-courtier allemand ne fait pas appel à des produits dérivés et permet une vraie détention de fractions d'actions dans les mêmes conditions de prix que l'investissement classique. Une première en Europe.

« Nous avons combiné les avantages de l'investissement fractionné avec la fiabilité des marchés d'actions », estime Marsel Nikaj, directeur produit chez Trade Republic. « Les clients qui investissent de manière fractionnée chez Trade Republic sont bien légalement propriétaires de leur fraction d'action et éligibles au dividende à juste proportion ».

Bourse en ligne : quelle banque ou courtier choisir ?