Bientôt un comparateur public des frais de l'assurance vie ? C'est une proposition de la présidente du Comité consultatif du secteur financier, dans un rapport remis au ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire. Ce dernier avait lui-même demandé à ce comité de se pencher sur la question de la transparence des tarifs appliqués à l'assurance vie.

Ceci n'est pas un scoop : banques et assureurs ne brillent pas par leur transparence en ce qui concerne les frais de l'assurance vie ! La présidente du Comité consultatif du seceur financier (1) Corinne Dromer a remis ce mardi 20 juillet à Bruno Le Maire un rapport sur les nouveaux plans d'épargne retraite (PER) dans lequel elle glisse aussi une recommandation sur l'assurance vie, placement sur lequel les Français amassent plus de 1 700 milliards d'euros d'économies.

C'est même Bruno Le Maire qui a invité le CCSF à se pencher sur la question des frais de l'assurance vie : « Je souhaiterais également que vous vous prononciez sur l'opportunité d'un élargissement des missions de l'observatoire des tarifs bancaires aux frais en assurance vie », écrivait-il dans sa lettre de mission.

Dans son rapport, la présidente du CCSF regrette elle aussi « l’absence d’information tarifaire directement accessible sur les produits d’assurance vie et les PER ». Ce qui rend, à ce jour, impossible tout observatoire détaillé des tarifs en assurance vie, tant que les assureurs ne seront pas contraints de publier de façon transparente tous les frais potentiellement appliqués à leurs contrats. Les banques sont elles contraintes de le faire de façon standardisée depuis une dizaine d'années, ce qui a permis de créer cet observatoire et de mettre en place un « comparateur public gratuit des tarifs bancaires ».

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

La présidente du CCSF appuie donc la suggestion du locataire de Bercy en réclamant plus de transparence pour l'assurance vie : « Le travail réalisé par Sémaphore Conseil pour la présente étude (...) montre bien qu’un élargissement de l’observatoire des tarifs bancaires aux frais de l’assurance vie et des PER est possible à condition que cette information tarifaire devienne facilement accessible. » Corinne Dromer ajoute, en conclusion de cette recommandation envoyée à Bercy : « La mise en place d’un comparateur public [des frais de l'assurance vie] pourrait alors être également envisagée. »

Assurance vie : 2 ans de rendement perdus à cause des frais sur versement !

(1) CCSF, organisme paritaire (banques, assureurs, associations de consommateurs, syndicats, etc.) lié à la Banque de France.