Quel millefeuille les impôts ! En théorie, tous vos revenus sont imposables. Sauf qu'en pratique, c'est plus compliqué. Ce qu'il faut savoir avant de faire votre déclaration de revenus 2021.

Depuis ce jeudi, vous pouvez déclarer vos revenus 2021 jusqu'au 8 juin maximum. Cette année encore, 11,1 millions de contribuables vont pouvoir échapper à la corvée grâce à la déclaration automatique. Mais dans tous les cas, mieux vaut toujours vérifier si la déclaration préremplie par le fisc ne comporte pas d'erreurs pour éviter de payer trop d'impôts. Certains revenus sont exonérés... avec parfois quelques subtilités. Voici les principales exonérations à avoir en tête en vous plongeant dans la déclaration 2022.

Dernière minute. Déclaration suspendue les 9 et 10 avril

Attention, suite à des problèmes techniques, la DGFiP a annoncé vendredi 8 avril peu avant 14h la suspension temporaire de la déclaration en ligne, et ce « au moins pour le week-end ». Les dates limites restent inchangées.

Plus d'infos : L'accès à la déclaration en ligne des revenus 2021 suspendu ce week-end !

Les heures supplémentaires

400 euros de plus par salarié chaque année. C'est en moyenne ce que permet le retour du « travailler plus pour gagner plus » décidé par Emmanuel Macron. Pour les revenus 2021, le plafond annuel d'exonération est de 5 000 euros, en net imposable (montant brut correspondant de 5 358 euros). Le montant de salaires versés au titre des heures supplémentaires ou complémentaires exonérées doivent figurer dans les lignes 1GH à 1JH de la déclaration. Ce montant est retenu pour le calcul du revenu fiscal de référence.

Certaines primes exceptionnelles

La prime exceptionnelle de pouvoir d'achat « Pepa », ou Prime Macron, versée entre le 1er juin 2021 et le 31 mars 2022 aux salariés ayant perçu une rémunération brute inférieure à trois fois le Smic au cours des 12 mois précédant le versement de la prime, est exonérée d'impôt sur le revenu dans la limite de 1 000 euros. Lorsqu'elle est versée par un employeur de moins de 50 salariés ou mettant en œuvre un accord d'intéressement ou ayant conclu un accord de valorisation des métiers des travailleurs de la deuxième ligne, elle est exonérée à hauteur de 2 000 euros.

Les effets pervers de la prime Macron

La prime inflation de 100 euros perçue dès décembre 2021 par des millions de ménages n'est pas soumise à l'impôt sur le revenu.

Les revenus des apprentis et des étudiants

Depuis l'an dernier, les revenus des apprentis et des étudiants doivent désormais être déclarés en totalité. Mais les salaires des jeunes jeunes âgés de 25 ans au plus au 1er janvier 2021 sont exonérés dans la limite de 3 Smics mensuels soit 4 690 euros. Pour les stages ou l'apprentissage, le plafond d'exonération est porté à 18 760 euros. Un avantage valable qu'il y ait rattachement au foyer fiscal des parents ou non.

Titres restaurant, chèques vacances...

De nombreuses prestations (RSA, prime d'activité, allocations logement, allocation de rentrée scolaire, prime de Noël, prestation familiales, prestations liées à une situation de handicap...) sont exonérées d'impôt sur le revenu. C'est le cas aussi pour les titres restaurant quand la participation de l'employeur est inférieure à 5,55 euros par ticket ou encore pour les chèques vacances quand la participation annuelle de votre patron complétée, le cas échéant, par le comité d'entreprise, ne dépasse pas le montant mensuel du Smic (1 590 euros).

Livret A, PEL, assurance vie....

Les revenus tirés du Livret A, du Livret de développement durable et solidaire, du Livret d'épargne populaire ou encore du Livret Jeune ne sont pas imposables. Idem pour ceux des Comptes épargne logement ouverts avant 2018 ou encore pour les Plans épargne logement ouverts jusqu'au 31 décembre 2017. Ces derniers bénéficient d'une exonération d'impôt jusqu'au douzième anniversaire du plan.

Dans le cas de l'assurance vie, il existe un abattement annuel global, de 4 600 euros pour une personne seule, sur l'ensemble des gains des rachats d'assurance vie de plus de 8 ans. Quant au Plan d'épargne en actions, à partir de 5 ans de détention, les plus-values réalisées ne sont pas imposables, et soumises seulement aux prélèvements sociaux.

Aides pour le transport

L'employeur est tenu de rembourser, à hauteur de 50%, le montant de l'abonnement de transports publics ou de services publics de location de vélos pour les trajets domicile-travail. Cette aide ne doit pas être mentionnée par le salarié dans sa déclaration. Idem pour le « forfait mobilités durables », dans la limite de 500 euros par an. Ce dispositif est destiné à se rendre au travail en vélo ou covoiturage. L'employeur peut également prendre en charge les frais de carburant domicile-travail de ses collaborateurs et ceux-ci ne sont pas imposables à hauteur de 200 euros. Cette limite passe à 500 euros pour la participation aux frais liés à l'alimentation de véhicules électriques, hybrides rechargeables ou hydrogène.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Des indemnités non imposées

Certaines indemnités de rupture du contrat de travail échappent au fisc, en tout ou partie, comme pour un licenciement dans le cadre d'un plan de sauvegarde de l'emploi. En ce qui concerne les indemnités journalières versées par la Sécu, ou la mutualité sociale agricole, pour maladie comportant un traitement prolongé par exemple, elles ne sont pas imposables, tout comme celles distribuées en cas d'accident du travail ou de maladie professionnelle, et ce à hauteur de 50% de leur montant.

Le Bon Coin, Vinted, Blablacar... des revenus exonérés

Vous revendez vos vieux objets sur leboncoin.fr ou encore Vinted de façon occasionnelle ? Vos gains ne sont pas à reporter sur la déclaration de revenus, sauf si le prix de cession d'un bien est supérieur à 5 000 euros. Seules les personnes qui achètent ou fabriquent des objets en vue de les revendre voient leurs revenus imposés comme l'explique cette fiche détaillée.

Depuis l'an dernier, « les plateformes de l'économie collaborative transmettent à l'administration les revenus de leurs utilisateurs. Les montants des transactions sont mentionnés dans le parcours du déclarant et celui-ci est accompagné pour déterminer le caractère imposable et la typologie des revenus concernés », précise le fisc. Mais la majorité des contribuables devraient échapper à cette remontée d'informations. Elle concerne les transactions supérieures à 3 000 euros et les personnes ayant fait plus de 19 transactions durant l'année.

Dans le cas du covoiturage, quand vous prenez des particuliers dans votre véhicule, vous n'avez pas à déclarer de revenus dans le cas où le déplacement est effectué pour votre propre compte, que le prix proposé aux passagers n'excède pas les frais de carburant et de péage, et que vous en payez aussi une partie.

Les cadeaux du patron

Normalement, il n'est pas nécessaire de déclarer les cadeaux sans lien direct avec votre activité professionnelle et offerts pour un événement particulier (naissance, adoption, mariage, pacs, départ à la retraite ou encore Noël pour les salariés et les enfants). Le cadeau peut être en nature, un chèque-cadeau ou un bon d'achat. Mais attention, sa valeur ne doit pas dépasser 171 euros par événement. « À titre exceptionnel, le maximum passe à 250 euros pour les bons d'achat accordés en 2021 et remis au plus tard le 31 janvier 2022 », précise service-public. Pour Noël, ce plafond s'applique par enfant jusqu'à 16 ans.