Ça y est, vous allez effectuer vos premiers pas dans l'entreprenariat. Et si vous avez opté pour le régime de la micro-entreprise, sans doute allez-vous devoir ouvrir un compte bancaire dédié à votre activité. Voici 4 conseils pour alléger la facture en fin de mois.

Vous venez de lancer votre micro-entreprise ? D'après la loi du 18 juin 2014, dite loi Pinel, vous êtes tenu d'ouvrir un compte bancaire dédié à votre activité professionnelle dans un délai de 12 mois après sa création. Seule exception : les auto-entrepreneurs dont le chiffre d'affaires ne dépasse pas 10 000 euros pendant 2 années consécutives.

L'ouverture d'un compte bancaire dédié à votre activité demeure toutefois recommandée, quel que soit votre niveau de revenus. Un deuxième compte, c'est en effet l'assurance de pouvoir compartimenter vos sources de revenus. De quoi faciliter votre comptabilité au quotidien et vous aider en cas de contrôle fiscal.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

1. Compte pro ou compte perso ?

C'est une question essentielle. Ouvrir un compte pro permet en effet d'accéder à des services complémentaires, tels qu'un terminal de paiement électronique (TPE), des prêts à destination des professionnels, ou encore un découvert bancaire plus élevé. Toutefois, les comptes pros s'accompagnent de frais importants.

Posez-vous donc les bonnes questions. Avez-vous réellement besoin des services associés à un compte pro ? Bien souvent, un compte personnel suffit pour couvrir les besoins d'une micro-entreprise. Et ce, à moindre coût.

Les auto-entrepreneurs l'ont d'ailleurs bien compris. En 2018, ils étaient 81% à détenir un compte bancaire dédié à leur activité professionnelle, et les trois quarts d'entre eux avaient opté pour un compte personnel.

Carte bancaire : comment choisir le terminal de paiement adapté à votre petite entreprise

Ceci dit, méfiez-vous : si en théorie la loi n'oblige pas les micro-entreprises à ouvrir un compte professionnel, les banques ne voient pas toujours la pratique d'un bon œil. Par souci de rentabilité, elles préfèrent souvent orienter les auto-entrepreneurs vers leurs offres à destination des professionnels.

Pour échapper aux frais associés à l'ouverture d'un compte pro, beaucoup d'auto-entrepreneurs font donc le choix d'ouvrir un compte personnel sans prévenir leur banque. Il s'agit toutefois d'un pari risqué : la banque pourrait décider de clôturer votre compte si elle réalise que vous l'utilisez pour des motifs professionnels.

2. Services bancaires : faites le tri !

Quel que soit le type de compte pour lequel vous optez, veillez à payer uniquement les services bancaires dont vous avez besoin. Vous pouvez, par exemple, vous passer de carte bancaire et de chéquier sur le compte dédié à votre activité. Privilégiez plutôt les virements vers votre compte personnel. Vous éviterez ainsi de payer vos moyens de paiement en double.

Méfiez-vous également des offres groupées de services, ces bouquets de prestations que propose votre banque. Si les services inclus vous sont effectivement utiles au quotidien, ces offres peuvent s'avérer rentables. Mais trop souvent, elles comprennent des prestations dont vous n'avez pas réellement besoin.

Services « à la carte » versus « offre groupée » : méfiez-vous du package de votre banque

3. Osez les néobanques pros

Voilà maintenant plusieurs années que les néobanques se sont positionnées sur le créneau du compte pro. Plusieurs acteurs ont développé des offres de services bancaires spécifiquement dédiées aux micro-entreprises.

N26 a par exemple lancé pas moins de 4 offres à destination des travailleurs indépendants. N26 Business, son offre d'entrée de gamme, vous permet d'accéder à un compte bancaire gratuit.

D'autres banques mobiles, à l'image de Shine et Qonto, on fait le choix du payant, mais proposent des tarifs bien en-deçà de ce que l'on observe habituellement chez les banques traditionnelles. Comptez ainsi 3,90 euros par mois pour un compte chez Shine, contre 9 euros chez Qonto.

Certaines banques en ligne proposent aussi des comptes pros à destination des auto-entrepreneurs. C'est notamment le cas de Boursorama Banque et Monabanq, dont les offres sont toutes deux facturées 9 euros par mois.

Compte pro et auto entrepreneur : comparatif des banques en ligne

4. Epargnez vos cotisations sociales

Une fois par mois ou par trimestre, les micro-entreprises doivent s'acquitter de leurs cotisations sociales. Autrement dit, il existe un laps de temps entre le moment où vous encaissez un paiement, et le moment où vous devez payer vos charges.

Pourquoi ne pas profiter de cet intervalle pour faire travailler votre argent ? Lorsque vous recevez un paiement, vous pouvez par exemple virer l'équivalent de vos charges sociales (22% ou 12,8% pour les activités d'achat-revente) sur un livret d'épargne dédié.

L'intérêt est double : vous générez des intérêts et vous vous constituez une petite trésorerie à l'avance. Ainsi, vous êtes certain de pouvoir régler vos cotisations sans finir le mois dans le rouge... Au risque de payer des agios, voire un redressement fiscal.

Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif