Pour ne pas risquer de perdre un client, mieux vaut s'équiper d'un terminal de paiement électronique afin d'encaisser les transactions par carte bancaire. Mais entre les boîtiers classiques des banques, leur version mobile, ou ceux des fintechs, le choix n'a rien d'anodin puisque l'utilisation d'un TPE s'accompagne de frais, parfois significatifs. Nos conseils pour bien le choisir.

Grâce à l'argent liquide et au paiement par chèque, les petits commerces et artisans ont longtemps pu tourner sans terminal de paiement électronique (TPE). Mais aujourd'hui, hors panne de TPE, rares sont les commerçants à ne pas accepter les paiements par carte. Cette tendance – encore renforcée par la crise du Covid-19 – s'explique avant tout par la montée en puissance du paiement par carte bancaire. Selon les statistiques du Groupement des cartes bancaires, 72,7 millions de cartes au logo CB sont en circulation dans l'Hexagone, soit 1,3 carte par Français de plus de 15 ans.

En parallèle, le développement des TPE mobiles et l'arrivée de nouveaux acteurs sur le marché ont permis de faire chuter drastiquement les coûts associés à l'utilisation d'un TPE, et surtout de mieux indexés ces derniers sur le chiffre d'affaires de l'entreprise. Cependant, tous les TPE ne se valent pas, et les prix peuvent varier du simple au triple selon la nature des services proposés. Avant de vous équiper, il est donc important de comparer les offres disponibles.

Notre comparatif des meilleurs TPE mobiles

Des commissions disparates et peu transparentes

Les banques demeurent bien souvent le partenaire privilégié des commerçants pour l'encaissement des paiements. Elles vous accompagnent à la fois sur l'installation de votre terminal de paiement électronique et la gestion de vos flux monétiques.

Pour cela, vous devez souscrire un contrat monétique avec votre banque. Un document qui définit les conditions dans lesquelles vous êtes autorisé à encaisser des paiements par carte bancaire, ainsi que le montant des commissions prélevées pour chaque transaction. Ces commissions oscillent généralement entre 0,5% et 3%. Elles peuvent s'ajouter à un abonnement fixe mensuel ou encore à des frais d'achat ou de location du boîtier de paiement. Comme pour tous vos frais bancaires, vous pouvez les négocier avec votre banquier pour faire baisser la facture.

Les banques ne communiquent pas sur leur montant exact dans leur plaquette tarifaire, puisqu'il varie selon la nature de votre activité, le canal de vente (à proximité ou à distance), le type de cartes (débit, crédit, ou commerciale), la zone géographique d'émission des cartes, le volume de paiements par CB que vous encaissez et le montant moyen par facture.

Dans le cas des petites entreprises, les banques prévoient souvent des forfaits simplifiés, avec un abonnement mensuel. Ces offres servent aussi à contrecarrer les TPE mobiles des fintechs (voir ci-après). Comptez par exemple 5 euros par mois à la Société Générale, et 4 euros par mois chez BNP Paribas, si vous encaissez par carte bancaire moins de 12 000 euros par an TTC.

Une fois votre contrat monétique signé, vous recevez une carte de domiciliation bancaire – ou carte monétique. Elle contient toutes les informations nécessaires pour paramétrer votre TPE et sécuriser vos flux monétiques.

Combien coûte un TPE dans une banque traditionnelle ?

Le prix d'un TPE peut varier du simple au triple selon le niveau d'option choisi. Avant de faire votre choix, commencez donc par vous demander quels sont les services dont vous avez besoin :

  • TPE fixe ou mobile
  • Avec ou sans contact
  • Avec ou sans Pinpad (un boîtier avec un clavier relié au TPE pour éviter de déplacer à chaque paiement le boîtier principal)
  • Avec ou sans imprimante
  • Avec ou sans lecteur de QR code
  • Avec ou sans lecteur de carte vitale
  • Possibilité de payer en plusieurs fois
  • Compatibilité avec les systèmes de caisse
  • Support téléphonique ou physique
Découvrez les meilleures cartes bancaires gratuites grâce à notre comparatif

Dans le cas d'une utilisation fréquente, il sera souvent plus économique d'acheter votre propre TPE. Pour cela, comptez entre 200 et 500 euros HT.

Autre alternative : la location. Avec son offre TÉPÉO, BNP Paribas vous propose par exemple un TPE à partir de 15 euros par mois, à condition de vous engager sur une durée de 48 mois minimum. Même son de cloche du côté de La Banque Postale, avec une offre de location facturée à partir de 14,70 euros par mois pour un engagement de même durée, ou 25 euros par mois sans engagement.

La révolution des TPE mobiles

Toutefois, les banques ne sont plus les seuls acteurs à offrir des solutions d'encaissement par carte. Qu'elles s'appellent Smile&Pay, Zettle, Yavin ou SumUp, plusieurs fintechs proposent aujourd'hui des solutions mobiles, innovantes et surtout souvent sans abonnement mensuel. Autrement dit : si un mois donné, vous n'encaissez rien par carte bancaire, votre TPE ne vous coûte rien. Cela permet donc de relier ce poste de dépense au chiffre d'affaires réalisé.

Prix du terminal de paiement Frais d'abonnement Commission sur les paiements en euros
ZettleA partir de 19 € 0 € 1,75%
Smile&PayA partir de 69 € 0 € 1,65%
YavinA partir de 229 €De 0 à 75 € par mois de 0,40 à 0,99%
SumUpA partir de 29 € 0 € 1,75%

Tarifs relevés le 17 juin 2021

Autre avantage de taille : la mobilité. Les TPE mobiles sont peu encombrants et fonctionnent en bluetooth, ce qui en fait l'outil idéal pour un usage nomade sur les marchés, pendant les salons, ou si vous réalisez vos prestations à domicile, par exemple. De plus, ils se connectent directement au smartphone et permettent, via une application mobile, d'encaisser vos paiements par carte bancaire.

Surtout, Smile&Pay, Zettle, Yavin et SumUp jouent la carte de la simplicité. Pour obtenir un TPE mobile, il vous suffit en effet de créer votre compte en ligne en quelques minutes. Par contraste, la mise en service d'un TPE classique nécessite la signature d'un contrat monétique, l'ouverture d'un compte pro dans l'établissement bancaire concerné, et un – voire plusieurs – rendez-vous avec un conseiller bancaire pour vous proposer une tarification adaptée.

Ces start-ups surfent également sur l'arrivée des néobanques pour professionnels et de leur compte pro en ligne dont l'offre native n'intègre pas de solution d'encaissement. D'ailleurs, Qonto, Anytime ou encore Shine nouent des partenariats avec ces fintechs du paiement pour proposer leur TPE mobile à leurs clients, ce, parfois avec une réduction tarifaire.

Voir notre comparatif des meilleurs comptes pros